…. Je tenais aussi à te remercier pour le texte, vraiment superbe, de Zundel.

De même qu’il est difficile de placer un personnage ou un événement contemporain dans une perspective historique, de même on s’expose à des révisions ultérieures quand on porte un jugement sous le coup de l’enthousiasme suscité par une lecture. Je crois pourtant dire que je n’avais rien lu d’aussi beau depuis très longtemps ; d’abord parce que j’ai largement passé l’âge des emballements passagers, mais aussi parce que j’ai retrouvé le choc très particulier que, dans l’immense fatras de mes lectures philosophiques et spirituelles, je n’ai que très rarement ressenti : le choc des « Deux sources » de Bergson, du « Journal métaphysique » de Gabriel Marcel, de « Ash Wednesday » de T. S. Eliot, de « Le mal et la souffrance » de Louis Lavelle. Je cite de mémoire, mais ce doit être à peu près tout.

Je l’ai d’abord lu d’un trait, avant de le reprendre à raison d’une conférence par jour. Le début me semblait si admirable que j’éprouvais une crainte analogue à celle qui étreint les auditeurs du quatuor à cordes de Gabriel Fauré : « il ne va pas pouvoir se maintenir sur ce chemin de crête ; cela va faiblir ; la suite va nous décevoir ! ». C’est alors que, avant même d’atteindre la trentième page, j’ai triché comme ces mauvais lecteurs de romans policiers qui, une fois connues les données du mystère, se portent aux dernières pages pour en connaître la solution. J’ai tout de suite été rassuré : le ton n’avait pas baissé d’une octave.

Cette retraite au Vatican est une mine dont une vie entière ne suffirait pas à épuiser les filons, en ce sens qu’elle se réfère exclusivement à ces valeurs éternelles qui distinguent notre religion des idéologies humaines ; j’ai trop souvent lu d’ouvrages à prétentions spiritualistes où les mots-clefs étaient à peu près interchangeables pour ne pas apprécier chez Zundel les accents de l’éternité.

Ajouter un Commentaire

Les commentaires sont modérés avant publication. Les contributions doivent porter sur le sujet traité, respecter les lois et règlements en vigueurs, et permettre un échange constructif et courtois. A cause des robots qui inondent de commentaires publicitaires, nous devons imposer la saisie d'un code de sécurité.

Code de sécurité
Rafraîchir