« Amour silence » (et autres textes) °

Est-il besoin de rappeler la place éminente occupée par le silence dans la vie de Maurice Zundel ? La réédition de cet ouvrage « Amour et silence » par l’éditeur « Ad solem » permettra aux visiteurs de notre site de se familiariser avec ce texte majeur de la spiritualité monastique. L’auteur, longtemps resté anonyme est aujourd'hui identifié. Il s’agit de Dom Jean-Baptiste Porion qui fut l'une des grandes figures de l'Ordre des Chartreux au XXe siècle. Comme a pu l'écrire à de nombreuses reprises Maurice Zundel, le silence n'est pas simplement une absence de bruits. Dom Jean-Baptiste Porion nous aide à explorer cette dimension de la vie intérieure indispensable à la recherche de la contemplation. Vous trouverez ci-après un court extrait de ces textes magnifiques.

Édit. Ad Solem 2010

 

« NOTRE SEIGNEUR nous dit que le royaume de Dieu est parmi nous (Luc 17,21). Non seulement parmi nous, mais au plus intime de notre être : « Celui qui m’aime gardera ma parole, et mon Père l’aimera, nous viendrons en lui et nous établirons en lui notre demeure » (Jean 14, 23).

Nous oublions malheureusement trop ces vérités. Il y a bien des âmes qui, dans l'Eglise, s'efforcent de vivre honnêtement, et cherchent à se rapprocher d'un certain idéal de pureté morale, mais combien peu savent se tenir élevées dans la foi, soutenues par l'espérance et embrassées de charité, pour participer complètement à la vie que Jésus veut nous communiquer. Nous sommes entourés, enveloppés de prévenances divines : nous avons tout ce qui est requis pour commencer dès aujourd'hui une existence sublime d'intimité avec Dieu. Ayons donc la volonté de VIVRE NOTRE VIE SURNATURELLE.

Nous connaissons les principes et le chemin nous est ouvert : ce serait donc une faute de notre part de ne pas nous y engager. Car il faut bien l’avouer, « les enfants de ce siècle sont plus habiles dans leurs affaires que les enfants de lumière » (Lc 16, 8). Nous avons en effet reçu un trésor infini que nous ne savons pas apprécier et cet oubli où nous sommes de sa véritable valeur ne nous permet pas de l'exploiter comme il conviendrait. N'est-ce pas notre négligence que notre Seigneur a visée lorsqu'il a parlé du talent stérile que le serviteur maladroit cache inutilement dans la terre ? (Matthieu 25,18).

Et pourtant Jésus fait plus que nous offrir le trésor de son amour intime. Il nous presse avec tant d'insistance qu'il semble nous contraindre à l'accepter. Il agit un peu envers nous comme à l'égard de ces misérables, ces infirmes dont parle l'Évangile, qui n'avaient même plus la liberté de refuser l'invitation au divin banquet : « Force-les d'entrer » (Luc 14, 23). Nous entendrons cet appel, et dès maintenant la prière de l'Eglise sera notre prière : « Donnez-nous  Seigneur, l'accroissement de la foi, de l'espérance et de la charité » (13e dimanche après la Pentecôte)

Ne nous contentons pas de quelques actes de piété au commencement et au cours de nos journées. De telles pratiques ne constituent pas UNE VIE : ce nom suppose une activité permanente, continue. Or notre Seigneur veut être notre vie : « je suis la Vie » (Jean 11,25). C'est donc sans cesse qu'il faut adhérer à Dieu. Jésus ne nous demande pas tel geste ou telle formule de piété ou de dévotion : il nous demande tous nos instants, toutes nos forces, toute notre âme pour nous faire en échange, commencer ici-bas notre vie éternelle. Sachons correspondre à l'appel du Christ, pour respirer enfin l'air pur et lumineux de la vérité et de la charité éternelles.

Pour ouvrir à l’âme l'horizon surnaturel, nous voudrions esquisser une méthode simple et pratique de méditation, de façon à lui permettre de s'habituer à faire de toute sa journée une oraison continuelle, selon la parole de l'Évangile : « il faut toujours prier et ne jamais se lasser » (Luc 18,1).

…………

Ajouter un Commentaire

Les commentaires sont modérés avant publication. Les contributions doivent porter sur le sujet traité, respecter les lois et règlements en vigueurs, et permettre un échange constructif et courtois. A cause des robots qui inondent de commentaires publicitaires, nous devons imposer la saisie d'un code de sécurité.

Code de sécurité
Rafraîchir