Ouverture du carême à la Radio Suisse Romande.

 

Chers auditeurs,

Si la vie humaine triomphe de toutes les épreuves et de toutes les catastrophes, c'est sans doute qu'elle est portée par une immense espérance. Et peut-être est-ce dans la fragilité de la première enfance, qu'il en faut chercher là source. On trouve­rait difficilement, en effet, un père et une mère qui n'aient éprouvé devant le berceau de leur petit enfant le sentiment d'une gran­deur infinie. Toutes les possibilités, vierges, qui semblent res­pirer dans la majesté de son sommeil les autorisent à croire en un destin privilégié. Toutes les dépendances, issues de ses besoins, leur paraissent compensées par une puissance intérieure, dont le mystère communique à leur tendresse une nuance de respect et d'admiration.

Que restera-t-il, dans quelques années, de ces promesses silencieuses et de ces rêves émouvants ? Peu de chose le plus sou­vent. La dureté des circonstances et la brutalité des instincts auront étouffé ces germes de grandeur : l'enfant, devenu adulte, vivra une existence banale qui passera, sans laisser de trace, en léguant à d'autres générations l'espérance inaccomplie.

Il suffit pourtant qu'elle ait lui un instant, pour donner un contenu à ce terme d'humanité que Shakespeare entendait tant glorifier en disant : " Combien belle est l'humanité ", et dont Karl Marx subissait le prestige lorsqu'il écrivait : " Il faut organiser le monde de manière à ce qu'il développe ce qu'il y a d'humain dans l'homme ".

Humanité, Humain : la plus inhumaine des guerres vient de nous apprendre combien nous sommes loin des exigences dont ces mots veulent être l'expression, et combien il est urgent, selon l'invitation que nous adressait naguère Jean Guéhenno, de nous convertir à l'humain. Conversion à l'humain : ce titre d'un beau livre enferme tout un programme. Il nous rappelle que c'est dans sa solitude la plus intime que chacun décide de sa valeur : car, enfin, l'humain ne signifie rien, s'il ne désigne ce dialogue intérieur, où l'homme s'affranchit de ses limites et de ses servitudes, par un don secrè­tement accompli, d'où dérive toute sa puissance de rayonnement.

C'est ce don qui constitue l'essence d'une religion sin­cèrement vécue. C'est pourquoi rien n'est plus opportun que d'en­trer dans le Carême, pour nous préparer à la Pâque, en nous inspi­rant de ce mot d'ordre : Conversion à l'Humain.

Aussi bien, le drame du Christ n'est-il point autre chose que l'agonie de l'Amour éternel qui nous sollicite par le don infini qu'il est, et qui prend sur soi toutes les conséquences des refus qui nous rendent inhumains. Nous humaniser, c'est précisément ré­pondre à cet Amour par l'offrande de tout nous-même, en laissant transparaître en nous la Présence qui est la vie de notre vie : tou­te notre grandeur et toute notre liberté.

Mais, comme l'humain s'alimente, en tout être, au même foyer, c'est du même coup nous tourner vers autrui avec un élan fra­ternel : en créant autour de chacun le climat de bonté qui lui per­mettra de découvrir le trésor caché en lui.

Oscar Wilde qui a écrit ce mot magnifique : " Qui peut calculer l'orbite de son âme ? " Il n'a reconnu l'ampleur de la sienne que pour avoir vu un ami, demeuré fidèle, s'incliner devant lui le jour où une condamnation infamante l'envoya en prison. Alors, dit-­il : " Je vis le désert fleurir comme une rose ". Ce geste de res­pect suffit à lui ouvrir les portes de lumière : il entra dans son âme comme dans un sanctuaire et, au centre de son âme, il découvrit l'Amour qui l'attendait.

Ainsi, à chaque tournant de la route, nous pouvons - dans un passant qui l'ignorait - faire surgir ce visage dont la splendeur discrète est le sceau de notre humanité. C'est le seul moyen effi­cace " d'organiser le monde de telle manière qu'il développe ce qu'il y a d'humain dans l'homme ".

Car l'humain est, en chacun, ce dialogue silencieux, où il s'identifie avec l'Amour qui l'affranchit de soi ; cette harmonie se­crète dont une Sagesse inspirée nous prescrit de ne point troubler le jaillissement, dans ce texte aux résonances infinies : " N'empêche pas la Musique !"

Ajouter un Commentaire

Les commentaires sont modérés avant publication. Les contributions doivent porter sur le sujet traité, respecter les lois et règlements en vigueurs, et permettre un échange constructif et courtois. A cause des robots qui inondent de commentaires publicitaires, nous devons imposer la saisie d'un code de sécurité.

Code de sécurité
Rafraîchir