Conférence donnée à Ghazir, en 1959: Jésus, véritable sens des Écritures

 

Avec la voix de Maurice Zundel qui nous permet d'entrer plus profondément dans le texte:

"J'ai rencontré à l'École Biblique de Jérusalem un prêtre lorrain, un prêtre lorrain un d'une exceptionnelle compétence, très savant, très ouvert, infiniment libre dans sa pensée, qui me disait en souriant :
« Surtout, si vous venez dans les campagnes lorraines ne prêchez pas votre Dieu, parce que ils n'y comprendront rien. Il faudra leur cuisiner un enfer, qui leur donne une trouille du diable pendant huit jours, et quand ils auront bien tremblé, alors la mission réussira. Si vous leur parlez d'amour, ils n'y comprendront rien, parce que, pour eux, l'amour, ça se passe entre homme et femme. Le Bon Dieu, c'est autre chose ! Le Bon Dieu, il faut le craindre et c'est dans cette crainte qu'est le commencement de la sagesse ! »

Il me disait cela, naturellement, non pas que il ne fût pas profondément convaincu de l'amour et de la tendresse de Dieu, mais il m'avertissait que, pédagogiquement, il y a certaines populations qui ne sont pas encore mûres pour entendre ce message.

Et cela peut être absolument vrai. Pédagogiquement, on peut admettre une autre présentation, à titre provisoire, jusqu'à ce que les âmes soient assez ouvertes pour entendre un message qui s'adresse véritablement à la personne.

Cette pédagogie d'ailleurs est indispensable. Il faut prendre les gens là où ils sont pour les conduire là où ils sont appelés. C'est une question d'adaptation : il faut savoir à quel niveau les gens se trouvent et quel est le langage auquel ils sont ouverts. Et c'est cette pédagogie d'ailleurs que nous voyons appliquée dans l'Écriture sainte.

L'Écriture sainte contient des choses qui sont absolument inacceptables pour la conscience chrétienne, c'est-à-dire pour la conscience éclairée par le Christ, par la Croix, par l'Eucharistie, par le Sacré-Cœur.

Mais ces choses devaient être dites à une certaine époque parce que, pédagogiquement, elles étaient les seules que le peuple pût entendre. Et il faut les lire justement dans cet esprit, les lire en se mettant à l'époque et en comprenant que Dieu parle à un peuple, à un groupe, car la Révélation s'est faite d'abord à un groupe, et non pas à un individu ou du moins à un individu pour le groupe ; Dieu s'adaptant à l'état d'un groupe, la pédagogie divine l'a miséricordieusement obligé, si l'on peut dire, à s'adapter au niveau de ce groupe.

C'est ainsi que, si vous lisez dans le Lévitique ce chapitre effroyable qui est le 26ème chapitre, les bénédictions sont promises d'abord à ceux qui gardent les commandements et les mettent en pratique.

Et voici la série des malédictions :

Mais si vous ne m'écoutez pas et ne mettez pas en pratique tous ces commandements, si vous repoussez mes lois, rejetez mes coutumes et rompez mon alliance en ne mettant pas en pratique tous mes commandements, j'agirai de même, moi aussi, envers vous.

Je vous assujettirai, je vous assujettirai au tremblement, ainsi qu'à la consomption et à la fièvre qui use les yeux et épuise le souffle. Vous ferez de vaines semences dont se nourriront vos ennemis. Je me tournerai contre vous et vous serez battus par vos ennemis. Vos adversaires domineront sur vous et vous fuirez, alors même que personne ne vous poursuivra.

Et si, malgré cela, vous ne m'écoutez point, je continuerai à vous châtier au septuple pour vos péchés. Je briserai votre orgueilleuse puissance, je vous ferai un ciel de fer et une terre d'airain. Votre force se consumera vainement, votre terre ne donnera plus ses produits et l'arbre de la campagne ne donnera plus ses fruits.

Si vous vous opposez à moi et ne consentez pas à m'écouter, j'accumulerai sur vous ces plaies au septuple pour vos péchés. Je lâcherai contre vous les bêtes sauvages qui vous raviront vos enfants, anéantiront votre bétail et vous décimeront au point que vos chemins deviendront déserts.

Et si cela ne vous corrige point et si vous vous opposez toujours à moi, je m'opposerai moi aussi à vous et, de plus, je vous frapperai, moi, au septuple pour vos péchés. Je ferai venir contre vous l'épée qui vengera l'Alliance. Vous vous grouperez alors dans vos villes, mais j'enverrai la peste au milieu de vous et vous serez livrés au pouvoir de l'ennemi.

Quand je vous retirerai la baguette de pain, dix femmes pourront vous cuire ce pain dans un seul four, c'est à poids compté qu'elles vous rapporteront ce pain et vous mangerez sans vous rassasier.

Et si, malgré cela, vous ne m'écoutez point et que vous vous opposiez à moi, je m'opposerai à vous avec fureur, je vous punirai, moi, au septuple pour vos péchés. Vous mangerez la chair de vos fils et vous mangerez la chair de vos filles. Je détruirai vos hauts lieux, j'anéantirai vos autels à encens, j'entasserai vos cadavres sur les cadavres de vos idoles et je vous rejetterai. Je ferai de vos villes une ruine, je dévasterai vos sanctuaires et je ne respirerai plus vos parfums d'apaisement. C'est moi qui dévasterai le pays et ils en seront stupéfaits, vos ennemis venus l'habiter ! Vous, je vous disperserai parmi les nations, je dégainerai contre vous l'épée pour faire de votre pays une lande et de vos villes une ruine. C'est alors que le pays acquittera ses sabbats, pendant tous ces jours de désolation, alors que vous serez dans le pays de vos ennemis.

On peut continuer. Voyez ! le ton de ces malédictions est effroyable et combien peu elles sont en accord avec les promesses du Sacré-Cœur.

Mais si nous lisons le livre des Rois, 1er chapitre, nous lisons ceci :

Le roi David était un vieillard avancé en âge. On lui mit des couvertures sans qu'il pût se réchauffer. Alors ses serviteurs lui dirent : " Qu'on cherche pour Monseigneur le roi une jeune fille qui assiste le roi et le soigne ! Elle couchera sur son sein et cela tiendra chaud à Monseigneur le roi. Ayant donc cherché une belle jeune fille dans tout le territoire d'Israël, on trouva Abishag de Shunem et on l'amena au roi..."

Voilà ! Il est évident que des gens qui pouvaient considérer qu'une jeune fille pouvait servir de couverture à un vieux roi qui n'arrive pas à se réchauffer, ils avaient encore beaucoup de choses à apprendre. Et on comprend que Dieu leur parle sur ce ton, parce qu'ils sont à ce niveau.

Il ne faut donc jamais, que quand vous lisez la Bible, vous inquiéter du ton que la voix divine semble prendre à certains moments. Il s'agit uniquement d'une pédagogie. Il s'agit d'un peuple primitif qui n'est pas capable d'en entendre davantage et qui a besoin d'être conduit par la terreur.

Cela n'exclut pas, d'ailleurs, l'amour à certains moments, comme vous le savez, et ce serait injuste de réduire l'Ancien Testament uniquement à un message de terreur. Mais il reste que il y a des passages, et ils sont nombreux, où justement la vengeance divine prend des formes terrifiantes, et cela est d'autant plus naturel que les Hébreux, comme vous le savez, ne croyaient pas à la vie éternelle". ( à suivre)

Ajouter un Commentaire

Les commentaires sont modérés avant publication. Les contributions doivent porter sur le sujet traité, respecter les lois et règlements en vigueurs, et permettre un échange constructif et courtois. A cause des robots qui inondent de commentaires publicitaires, nous devons imposer la saisie d'un code de sécurité.

Code de sécurité
Rafraîchir