La Trinité, mystère de la pauvreté de Dieu. Second paragraphe.

 

Avec la voix de Maurice Zundel qui nous permet d'entrer plus profondément dans le texte :

 

« En Dieu, il n'y a pas un Moi unique, un Moi solitaire, un Moi rivé à Lui-même, mais trois foyers, trois foyers de lumiè­re, trois foyers d'amour et de communication, où toute la Vie Divine constamment se renouvelle dans un don inépuisable. Le Père ne se regarde pas, Il n'est qu'un regard vers le Fils, qui n'est qu'un regard vers le Père; et le Père et le Fils ne s'i­dolâtrent pas, Ils ne sont qu'un élan vers le Saint Esprit qui respire le Père et le Fils. La vie divine est ainsi en état de pauvreté.

Dieu n'a prise sur Lui-même qu'en se communiquant : le Père au Fils, et le Père n'est rien d'autre que cette communication vivante au Fils. Il n'est pas comme un père, un homme qui existe d'abord et qui ensuite devient père ! En Dieu la paternité est éternel­le; en Dieu la filiation est éternelle ! et je n'aime pas qu'on dise: "Dieu a un Fils". Dieu est Père, Dieu est Fils, Dieu est Saint Esprit. Il n'y a pas d'abord le Père qui se donne un Fils !

Eternellement la Trinité est ce jaillissement de lumière et d'amour. Eternellement la Trinité est le dépouillement de Dieu. Eternellement, Dieu est tout donné, dans la circumincession, dans la circulation du Père dans le Fils, du Fils dans le Père, dans le baiser de feu du Saint Esprit qui n'est qu'une respiration d'amour vers le Père et le Fils.

C'est une telle découverte, cette découverte justement qui vient à Saint François lorsqu'il comprend qu'il est promis à Dame Pauvreté ! La divinité n'est pas une propriété . Quand Lu­ther dit ce mot affreux: "Dieu ne lâche pas la bride, il ne veut pas lâcher la bride du pouvoir", il tourne le dos sans le sa­voir, à l'essence même de l'Evangile.

Dieu n'est pas un pouvoir crispé sur Lui-même qui se défend, qui nous écarte, qui nous interdit d'approcher de Lui, et qui se venge par les pires châtiments de tout essai d'usurper ses droits ! Dieu, justement, est Celui qui n'a rien, qui ne peut rien avoir, qui ne peut rien posséder, parce que la Vie en Lui est toute per­sonnifiée, elle est toute personnelle et parce qu'une Personne, c'est justement un être qui est tout entier un don.

Nous, nous pouvons posséder, nous pouvons revenir à nous-mêmes, nous pouvons nous lécher les lèvres des bonnes oeuvres que nous avons accomplies, nous pouvons nous féliciter, nous pouvons nous admirer, nous pouvons nous regarder dans le mi­roir de notre propre perfection ! Et alors, nous perdons tout ce que nous avons acquis : nous perdons la musique, nous per­dons la vérité, nous perdons l'amour dans la mesure où nous voulons les mettre dans notre poche.» (à suivre)

Prière.

Dieu notre Père, Dieu notre Fils, Dieu notre Esprit, Dieu en trois personnes, Dieu qui n'a rien ni ne peut rien avoir ! Dieu en lequel chaque personne est éternellement personnalisée par le don entier de soi-même : nous t'en supplions, à nous qui sommes centrés sur nous depuis le péché de l'origine, donne de devenir de plus en plus parfait don de nous-même à Toi, notre Dieu qui fait de notre cœur ton sanctuaire et veut le faire avec nous en tout homme,

 

Ajouter un Commentaire

Les commentaires sont modérés avant publication. Les contributions doivent porter sur le sujet traité, respecter les lois et règlements en vigueurs, et permettre un échange constructif et courtois. A cause des robots qui inondent de commentaires publicitaires, nous devons imposer la saisie d'un code de sécurité.

Code de sécurité
Rafraîchir