Suite 3 de la 1ère conférence donnée au couvent des dominicaines de Beyrouth en juin 1965.

L'aimantation en nous d'une générosité infinie ... Nous sommes nous-mêmes la révélation, du moins avons-nous à le devenir ....

« La biologie, justement, s'ouvre sous cette aimantation d'une générosité infinie et peut devenir elle-même générosité dans la mesure où, juste­ment, tout notre être passe désormais sous l'aimantation de ce moi nouveau qui est le moi générosité issu de la générosité divine et qui, d'ailleurs, ne peut se maintenir que sous l'influence actuelle et perma­nente et sans cesse renouvelée de cette générosité divine. Tout est là. Le christianisme ne peut être autre chose et il ne veut pas être autre chose, et cela peut s'exprimer sous une multitude d'aspects, comme celui-ci par exemple que, finalement, la Révélation, c'est nous-même. La suprême Révélation, c'est nous-même quand nous sommes devenus nous-même. Les biens de l'esprit ne peuvent s'assimiler autrement que par cette intériorisation, que par cette assimilation, cette identification.

Il est absolument impossible que vous atteigniez à l'intimité de votre enfant si vous êtes encombrés de vous-même. Vous avez beau mettre toute votre bonne volonté, tant que vous êtes encombrés de vous-même, vous faites écran entre lui et vous. Toutes vos possessions, toutes vos adhérences, toutes vos passions, vous empêchent d'être un espace illimi­té où il se sentirait accueilli ! il est en état de défense parce qu'il ne sent pas en nous cet espace illimité où sa liberté pourrait naître et se développer.

Même sens dans l'amour conjugal. S'il y a ces réticences, ces dissimulations, si on arrive à se supporter, c'est déjà beaucoup d'ailleurs, si on arrive à se supporter sans heurts et courtoisement, c'est magnifique ! Mais, s'il n'y a que rarement cette fusion unitive et plénière, c'est que chacun fait écran à l'autre par ses limites, aucun n'est l'espace sans frontières qui apparaîtrait à l'autre comme une lumière qui la révèle à soi. Il y a dans le mystère d'une âme un besoin de protéger son secret. Il faut qu'elle sente que ce secret sera respecté, qu'il ne sera pas éventé, qu'il ne sera pas menacé, pour qu'elle veuille bien transparaître.

"La proximité absolue est dans la distance infinie" et la distance infinie, c'est l'espace d'amour que l'on devient quand on est parfaitement délivré de soi.

C'est la même chose dans la connaissance. D'ailleurs ce que je viens d'évoquer, c'est précisément la connaissance, la connaissance de la personne par la personne.

C'est la même chose dans la science puisque la science, c'est également la connaissance de la personne par la personne. L'homme ne reçoit la Vérité, ne connaît la Vérité qu'en devenant lumière, et la lumière de l'être, la lumière du réel, a une architecture intelligible ! le sens spirituel de la Création ne se révèle à l'homme que dans la trans­figuration intime de lui-même.

Il n'y a absolument rien à faire contre cette exigence imprescriptible. Si vous ne devenez lumière, la lumière ne peut pas vous atteindre. Vous vous ferez alors de la chose une idée matérielle. Vous pourrez en concevoir une image, mais cette image limitera le réel et nous-même. Pour que la lumière circule à travers le réel, pour que l'univers devienne intelligible, il doit avoir ce Visage que Saint François contemple quand il chante le Cantique du Soleil ou Saint Jean de la Croix quand il compose le Cantique Spirituel.

II faut nous transformer. Il faut que nous devenions lumière dans la Lumière, et c'est pourquoi la révélation, c'est cette lumière sans mélange qu'un être devient, où Dieu peut s'exprimer et se communiquer sans rencontrer de limite, c'est la Révélation même, c'est l'Evangile éternel. Et Jésus vient précisément pour faire de nous l'Evangile éternel. Il ne veut pas nous conduire à une proposition extérieure, à un système du monde, à une explication des événements qui soit en dehors de nous-même ! Il veut nous conduire à nous-même par le ferment libérateur de Sa Présence en nous.

Sa Présence en nous n'a d'autre objectif, ne vise à autre chose qu'à nous conduire à notre vrai nous-même et à faire de nous ce foyer de lumière et cet évangile éternel. Tant que nous ne sommes pas devenus cet Evangile éternel, tant que nous ne sommes pas devenus nous-même cette Révélation vivante, toute la Révélation est faussée, la Bible ne signifie rien, l'Evangile lui-même s'adultère, toutes les propositions dogmatiques font écran entre l'âme et l'esprit parce que justement tout cela est reçu du dehors, tout cela se charge instantanément de nos limites et de nos ombres et que Dieu même dans les plus magnifiques for­mules se transforme immédiatement en idole comme l'âme se transforme en chose en chosifiant toute la réalité, en matérialisant tout l'univers.

Car c'est là le vrai matérialisme, celui par lequel nous nous chosifions nous-même en refusant de décoller de nous-même et de devenir source, origine et créateur. Nous sommes la Révélation, du moins nous avons à le devenir. Nous sommes le critère de toute vérité, du moins nous avons à le devenir. Car finalement toute vérité, tous les miracles, toutes les prophéties, toutes les visions ne sont rien avant d'avoir été filtrées par cette lumière intérieure, avant d'avoir été décantées dans ce jour spirituel, avant d'avoir livré leur ferment libérateur.

C'est tout ce que nous pouvons attendre d'une révélation prophétique, d'une vie qui se prétend témoin de Dieu. Tout ce que nous pouvons en attendre, c'est d'être un ferment de libération. Tout ce qui ne peut pas devenir en nous un ferment de libération ne peut pas procéder de Dieu, ne peut pas nous conduire à Dieu mais devient au contraire un obstacle à cette découverte et à cette rencontre.» (à suivre)

Ajouter un Commentaire

Les commentaires sont modérés avant publication. Les contributions doivent porter sur le sujet traité, respecter les lois et règlements en vigueurs, et permettre un échange constructif et courtois. A cause des robots qui inondent de commentaires publicitaires, nous devons imposer la saisie d'un code de sécurité.

Code de sécurité
Rafraîchir