A Lausanne, en 1955, Maurice Zundel s'adresse aux enfants.

 

Avec la voix de Maurice Zundel qui nous permet d'entrer plus profondément dans le texte:

Vous avez certainement entendu parler du Père Pio, ce capucin qui porte les blessures de Jésus, qui attire à lui des foules innombrables et le Père Pio, un jour reçoit, la visite d'un homme entraîné par des amis et qui lui dit : Mon Père, je suis venu, parce que mes amis m'ont emmené avec eux, mais je ne crois pas en Dieu. Et le Père Pio lui répond ce mot extraordinaire, magnifique, il dit : Vous ne croyez pas en Dieu, cela ne fait rien, Dieu croit en vous. Dieu croit en vous. Qu'est-ce que ça veut dire : Dieu croit en vous ? C'est un des plus beaux mots que je connaisse au monde : Dieu croit en vous. Qu'est-ce que cela veut dire ? Qui va m'expliquer ca ? Comment est-ce que Dieu peut croire en nous, même si nous ne croyons pas en lui ?

Qu'est-ce que ça veut dire : croire en quelqu'un ? ... Avoir confiance en lui, exactement... Avoir confiance en lui. Et avoir confiance en quelqu'un, c'est ? ... Etre sûr... que, si on lui confie un trésor, il ne le volera pas. Etre sûr que, si on lui confie un secret, il ne le trahira pas. Etre sûr que, si on lui confie sa vie, il ne nous tuera pas.

Il y avait un homme qui allait mourir. Il était pieux, il voulait donner sa fortune à l'Eglise. Et le prêtre était très, très, très occupé. Il l'avait vu bien souvent. Le malade était prêt à mourir et le prêtre qui ne pouvait pas s'absenter d'une cérémonie qui avait lieu au même moment, envoie un jeune homme... un jeune homme en qui il a toute confiance. Et le mourant remet toute sa fortune aux mains du jeune homme. Il n'y a personne comme témoin. On ne sait pas la somme qu'il remet et le jeune homme, chemin faisant, se dit : Si j'en prenais la moitié pour moi ? Personne ne le saurait. Ça me permettrait de m'établir, de fonder une maison de commerce. Et il a donné la moitié de la somme. Personne ne l'a su. On ne l'a su que plus tard lorsque lui-même en a fait l'aveu. Il a volé, la moitié, la moitié de la somme. Est-ce que le mourant pouvait se défendre ? Le mourant était mort d'ailleurs, il ne pouvait pas se défendre et puis, on lui prenait de l'argent, ce n'était pas, finalement, un malheur irréparable...

Mais voilà qui est plus grave: Voilà une jeune femme, une jeune femme qui va se marier. Elle va se marier, si elle va se marier, c'est qu'elle a confiance en son fiancé, non ? Si elle n'avait pas confiance en son fiancé, est-ce que elle l'épouserait ? ... Quand une jeune fille se présente à l'autel avec son fiancé, et qu'elle va dire oui pour toute sa vie, c'est qu'elle a confiance dans son fiancé ! Oui ? Oui ou non ?... Et voilà une jeune fille qui a confiance en son fiancé, elle se présente devant l'autel, elle dit oui de tout son cœur et pour toute sa vie... Elle découvre que son mari, celui qui est devenu son mari est un ivrogne. C'est un ivrogne qui la bat, sans pitié. Et c'est grave, cette fois : elle s'est confiée en lui, elle ne lui a pas seulement donné de l'argent, elle lui a donné sa vie. C'est toute sa vie qu'elle a remise entre ses mains, c'est tout son bonheur. Et voilà qu'elle s'aperçoit que son mari, au lieu de comprendre le don qu'elle a fait d'elle-même, son mari est une brute, son mari n'a aucune pitié, il n'a aucun respect, il la fait souffrir, il piétine son bonheur. Qu'est-ce qu'elle peut faire ?

Et Jésus lui-même, Jésus lui-même avait des amis. Qui étaient ses amis ? Qui étaient, qui étaient les amis de Jésus ?...Qui étaient ses amis ? Les Apôtres... Les Apôtres, c'est très bien ! Les Apôtres. Et parmi les Apôtres, il y en avait un qu'il avait choisi comme les autres et qui s'appelait Judas. Qu'est ce qu'a fait Judas ? ... Il a trahi Jésus, il a vendu Jésus... Et qu'est-ce que Jésus pouvait faire ? Qu'est-ce que Jésus a fait ? ... Qu'est-ce que Jésus, qu'est-ce que Jésus a fait ? Quand Judas est arrivé dans le jardin, à la tête des soldats qui venaient arrêter Jésus, qu'est-ce que, qu'est-ce que Jésus a fait ? Il s'est défendu ? ... Quand Judas, Judas lui a donné un baiser, il a dit simplement : Tu me trahis, tu trahis ton ami par un baiser ? C'est tout. Et il s'est livré à la mort. Pour qui est-il mort ? ... Pour qui ? Est-ce qu'il est mort, il est mort pour Judas ? ... Oui, mais est-ce qu'il est mort pour Judas, aussi ? Mais sûrement ! ...Surement. Il est mort pour Judas et il est mort par Judas... par Judas !

Vous allez à l'école ? Qu'est-ce que vous faites à l'école ? ... Vous travaillez toujours ? ... Vous êtes très appliqués à l'école, vous êtes surs ? Personne n'est paresseux parmi vous ? ... Personne ? Vous êtes tous des bourreaux de travail ? ... Vous veillez jusqu'à minuit tous les soirs, Pour faire vos devoirs ? ...Oui ?

Pourquoi faut-il travailler ? Oui, à l'école, pourquoi est-ce qu'on travaille à l'école ? Pour apprendre ! ... Et si vous n'apprenez pas, est-ce que vos livres vous tombent sur la tête ? Est-ce qu'ils se vengent, la nuit, quand vous dormez ? Vos livres, ils vous tombent sur la tête pour se venger ? Qu'est-ce qu'ils peuvent faire, vos livres, si vous ne les lisez pas ? Qu'est-ce qu'ils peuvent faire ?

Qu'est-ce que peut faire la vérité ? Car dans vos livres, il y la vérité. Non ? ... Vous lisez, vous apprenez pour faire entrer dans votre esprit la vérité. Qu'est-ce que peut la vérité, la vérité si vous n'apprenez pas ? Qu'est-ce qu'elle peut faire ? Est-ce qu'elle peut se défendre contre vous, la vérité ? Et la musique, qu'est-ce qu'elle peut faire ? Si vous n'écoutez pas la musique, qu'est-ce qu'elle peut faire ? Elle peut vous donner des coup de poing ? ... Non. Elle ne peut rien faire !

Et l'amour, qu'est-ce qu'il peut faire ? L'amour de vos parents, si vous êtes moches, qu'est-ce que peut l'amour de vos parents... si vous n'êtes pas généreux... ? Qu'est-ce que peut l'amour de vos parents ? Est-ce que vos parents peuvent, à coups de... marteau, vous faire entrer la générosité dans le cœur ? Non !

Et qu'est-ce que peut Dieu ? Dieu qui est la vérité, Dieu qui est l'amour, Dieu qui est la musique, Dieu qui a répandu tout ce qu'il peut, si nous ne l'aimons pas, qu'est-ce qu'il peut faire ? Qu'est-ce qu'il fait ? Il ne peut rien faire contre nous, bien sûr, parce qu'il nous aime... Mais qu'est-ce qu'il fait ?

Vous vous rappelez ce, cet officier, cet officier qui était blessé, blessé à mort, blessé à mort mais qui vivait... qui vivait uniquement parce que il voulait absolument revoir sa femme qu'il aimait de tout son coeur. Et c'est ce désir de revoir sa femme, de la retrouver, qui le tenait en vie, malgré les blessures dont il aurait dû mourir. Et lorsqu'il arrive chez lui, il s'aperçoit que sa femme l'a trahi, qu'elle aime un autre homme. Et alors, il meurt. Il meurt. C'est tout ce qu'il peut faire.

Et qu'est-ce que fait Dieu lorsque nous ne l'aimons pas ? Le soir, vous voyez, au sommet de votre clocher, du Valentin vous voyez cette admirable croix, éclairée, la croix du Valentin que l'on voit de partout. Qu'est-ce que veut dire, cette croix ? ... Qu'est-ce qu'elle veut dire ? Qu'est ce qu'elle veut dire ? Non seulement, Il est mort, il est mort d'amour pour nous, voilà ce que fait Dieu. Exactement, comme cet officier malade et mourant...Quand nous ne l'aimons pas, qu'est-ce que Dieu fait ? ... Il meurt ! Il meurt, il meurt en nous... Et quand il y a du brouillard, le plus beau soleil du monde est étouffé par le brouillard, on ne voit plus la lumière... Le soleil est là, bien sûr. Mais le brouillard nous empêche de le voir. Comprenez-vous ? Dieu est toujours en nous, comme le soleil mais quand notre égoïsme fait du brouillard, c'est comme si Dieu n'était pas là ! Comprenez-vous ?

Donc Dieu ne cesse pas de mourir en nous quand nous refusons de l'aimer. Tout à l'heure, vous avez lu, vous avez lu dans notre missel ces paroles qui ouvrent la messe d'aujourd'hui : Seigneur ( Eph.5, 14 ) lève-toi... Seigneur, ne reste pas endormi. Seigneur, aie pitié de nous ! C'est très bien, est-ce que Dieu est endormi ou c'est nous qui sommes endormis ? C'est nous qui sommes endormis ou c'est Dieu ? Est-ce que Dieu qui est absent ou c'est nous ? C'est toujours nous ! Car au fond, ce n'est pas Dieu qui doit se réveiller, c'est nous ! Dieu ne peut jamais, ne peut jamais nous oublier ? ... Impossible. Est-ce que Dieu peut jamais nous abandonner ? Impossible ! Dieu est mort pour Judas - Jésus est mort pour Judas comme il est mort pour tous les hommes - et il est prêt à le faire éternellement, parce que Dieu est Amour. Dieu n'est qu'un cœur et il ne peut qu'aimer.

Alors, quand nous demandons à Dieu de nous protéger, qu'est-ce que Dieu pourrait nous répondre ? Qu'est-ce qu'il pourrait nous répondre ? : Ce n'est pas à moi de te protéger, parce que tu ne risques rien. De mon côté, tu ne risques rien. Je ne pourrais jamais te faire du mal, je ne veux jamais que ton bonheur. C'est plutôt à toi de me protéger. Comment est-ce que nous pourrons protéger Dieu ? ... Est-ce vrai qu'il faut protéger Dieu ?

Ecoutez : vous trouvez que c'est joli d'être un mendiant ? Vous voudriez être un mendiant ? ... Un mendiant qui se tient tout le temps, à tendre la main... qui n'a rien, qui doit chaque jour recommencer sa quête ? ...Vous voudriez être des mendiants ? Non ! Croyez-vous que le Bon Dieu a fait de nous des mendiants ? Vous croyez que ça lui fait plaisir que nous soyons toujours devant lui comme des mendiants accroupis qui tendent la main et qui disent : Seigneur, donnez-moi donc une miette de votre table ! Vous croyez que ça lui fait plaisir ? ... Non, Dieu n'aime pas que nous soyons des mendiants... parce que il veut que nous soyons des amis, ses amis !... Car Dieu se confie à nous et il veut... Qu'est-ce qu'il nous confie, Dieu ? Qu'est-ce qu'il nous confie, qu'est ce qu'il nous confie Dieu ?

Lui-même, lui-même, lui-même, le Soleil qu'il est ! Le Soleil qu'il est, il est en vous ! Pourquoi est-ce que on ne voit pas le Soleil dans l'église ? ... Pourquoi est-ce que vous n'êtes pas tous illuminés et transparents, et transparents ? Pourquoi est-ce que nous ne sommes pas transparents ? Pourquoi est-ce qu'on ne voit pas en nous ce Soleil qui est Dieu ? ... Pourquoi ? ...

Parce que nous sommes moches, nous sommes moches, nous ne sommes pas généreux, nous sommes distraits. Nous nous en fichons ! Nous ne faisons pas attention à lui ! Nous ne protégeons pas Dieu ! Nous faisons comme s'il n'était pas là ! Il faut réveiller pour que nous comprenions enfin le trésor que nous portons en nous.

Oui, c'est cela qui serait intéressant : si les chrétiens, au lieu de penser qu'ils sont des mendiants devant Dieu, au lieu de s'imaginer que le Bon Dieu désire les voir toujours à plat ventre devant lui, s'ils comprenaient que Dieu est leur ami, que Dieu se confie à eux et qu'il remet sa vie entre leurs mains, et c'est la vie de Dieu qui est entre vos mains !

Quand notre Seigneur parle à la Samaritaine qui lui demande : Où est Dieu ? Où il faut l'adorer ? Si c'est sur cette montagne ou sur cette colline ? Il lui répond : Mais non, Dieu est en toi. Il est en toi comme une source qui jaillit en vie éternelle. Mais vous ne com­prenez pas. Mais vous n'écoutez pas. Au fond, ça vous est bien égal. Ca vous est égal ? Non ? ... C'est extraordinaire, au fond... Nous sommes, nous sommes complètement fermés, fermés, nous sommes des idolâtres ! Nous avons fait de Dieu une espèce de bonhomme, de croquemitaine dont nous avons peur et nous lui demandons de nous protéger. Alors que c'est à nous de le protéger... parce que Dieu ne risque rien de notre côté, du moins nous ne risquons rien du côté de Dieu, c'est lui qui risque tout de nous ! ... Car nous, nous pouvons, nous pouvons étouffer sa voix, nous pouvons voiler sa lumière, nous pouvons refuser son Amour...

Eh bien ! Aujourd'hui, il y en a peut-être une parmi vous, il y en a peut-être un parmi vous - et je voudrais bien que ce soit moi pour commen­cer - qui dirait oui, qui dirait oui au fond de son cœur, qui rassurerait tout de même le Seigneur : Il y a si longtemps qu'il m'attend, il y a si longtemps qu'il est au fond de mon coeur et je n'ai pas encore répondu.

Eh bien ! Voulez-vous y penser ? L'une ou l'autre... l'un ou l'autre ?... S'il y en avait seulement un seul parmi nous qui donnât aujourd'hui cette réponse à Dieu, ce serait déjà formidable.

Alors, nous allons demander qu'au moins l'un de nous fasse cette découverte , que l'un de nous comprenne que Dieu l'attend, au fond de son coeur et qu'il dise : Oui, oui Seigneur... enfin, je viens. Oui, Seigneur, je suis prêt. Oui, Seigneur, non seulement je crois en vous, mais je sais que vous croyez en moi, alors je ne veux plus, non je ne veux plus, je ne veux plus Seigneur, je ne veux plus vous faire attendre.

Ajouter un Commentaire

Les commentaires sont modérés avant publication. Les contributions doivent porter sur le sujet traité, respecter les lois et règlements en vigueurs, et permettre un échange constructif et courtois. A cause des robots qui inondent de commentaires publicitaires, nous devons imposer la saisie d'un code de sécurité.

Code de sécurité
Rafraîchir