Vivre trinitairement dans l'Eglise. Personnel.

La nécessaire désappropriation de soi pour vivre en membre vivant du corps mystique de Jésus-Christ.

Il ne faut pas oublier que l'institution de l'Eucharistie a été suivie de la prière de Jésus pour l'unité des hommes « comme Toi, Père, tu es en moi et moi en Toi. ».
Cette unité ne viendra pas de ce qu'un jour tous les hommes seront d'accord sur tout, de ce qu'il n'y aura plus aucune division ou mésentente entre eux, mais bien de ce qu'ils seront rassemblés et unis en un seul corps où chacun aura sa place et sa fonction. Il ne s'agira donc pas, en œcuménisme, de tenter de se mettre d'accord sur tous les points de la foi chrétienne, c'est ce qu'on a tenté de faire le plus souvent en les réunions œcuméniques, et le constat est clair que ces réunions, dont il ne s'agit pas ici de nier le bienfait, n'ont finalement abouti à presque rien ! il s'agira de travailler à la constitution de toute l'humanité en un seul corps, le corps mystique du Christ, et on ne peut travailler à la constitution de ce corps qu'en acceptant d'abord d'en faire partie, d'en être, vitalement, un membre, et un membre qui accepte et désire de toutes ses forces, de vivre cette appartenance trinitairement.
Cela signifie que, de même qu'en Trinité chaque Personne divine est effacement total d'elle-même devant l'Autre divin, nous avons chacun, pour constituer ce corps, à nous effacer devant l'Autre divin reconnu en l'autre humain.
Et l'on voit ici l'importance du développement de la théologie éminemment mystique du mystère de la sainte Trinité puisque c'est seulement en vivant comme chaque Personne divine vit en elle, que nous serons membre vivant de ce corps mystique. Nous n'y serons vivant que dans la mesure de cet effacement, de cette désappropriation trinitaire devenue et toujours devenant plus véritablement pour chacun désappropriation de lui-même.
Mais alors, sera-t-on tenté de dire, il n'y aura plus personne si chacun se désapproprie totalement de lui-même ! En réalité c'est le contraire qui va se produire, chacun acquérant alors, dans ce dépouillement trinitaire, la seule vraie personnalité qui ne se vit que dans le don de soi.
L'Eglise est et doit être par excellence le lieu de cette désappropriation trinitaire, et l'Eucharistie ne construit l'Eglise que dans la mesure où elle est comprise et reçue en opération d'une désappropriation de soi semblable à celle du Christ Jésus, éminemment au moment de son offrande parfaite dont l'Eucharistie est le sacrement.
Elle est très significative dans ce sens, cette insistance de Zundel sur la nécessité pour chaque membre de la hiérarchie, pour exercer valablement le ministère qui est le sien, d'être démis de soi. Tous les avatars de l'Eglise, nombreux dans son histoire, viennent précisément de ce que cette démission n'a pas été vécue.
Et cette démission n'est pas seulement à vivre par la hiérarchie, elle concerne chaque chrétien, et elle s'accomplit dans le don de soi quand il est véritable.
Il faut certainement se méfier de cette sorte de contentement de soi lorsqu'on est promu à une haute dignité dans l'Eglise, ne serait-ce que celle, première dans la hiérarchie, d'être devenu prêtre de Jésus-Christ. Si on s'y attarde, on est mal parti ! Si je suis choisi pour telle fonction, si je suis choisi pour être prêtre, ce n'est pas à cause de mes qualités et vertus, ce n'est pas à cause de ce que je suis mais bien plutôt à cause de ce que je ne suis peut-être pas encore, du moins de ce que ne suis pas encore parfaitement, loin de là ! et suis appelé à devenir : un autre Christ.
Le simple baptême, plus important pour un homme que son ordination sacerdotale, ne doit être vécu lui aussi, lui d'abord, que comme démission de soi.
« Imitamini quod tractatis ! » dit l'évêque consécrateur quand il ordonne un prêtre, Imitez ce que vous faites, ce que vous allez faire quand vous offrirez l'eucharistie, ce qui est le premier ministère de tout prêtre !

Ajouter un Commentaire

Les commentaires sont modérés avant publication. Les contributions doivent porter sur le sujet traité, respecter les lois et règlements en vigueurs, et permettre un échange constructif et courtois. A cause des robots qui inondent de commentaires publicitaires, nous devons imposer la saisie d'un code de sécurité.

Code de sécurité
Rafraîchir