Suite de la 13ème conférence donnée au mont des Cats en décembre 1971. Texte magnifique pour la fête de la Toussaint.

« Il y a dans le christianisme un réalisme infini parce que, justement, tout se passe ici maintenant, c'est ici maintenant que se situe l'éternité, c'est ici maintenant que Dieu se rencontre et se révèle, c'est ici maintenant que la liberté se réalise dans un choix originel qui fait de nous, d'une certaine manière, des créateurs de nous-mêmes.

Il y a une immense aventure dans laquelle Dieu est engagé, et, avec Dieu, toute la Création et tout l'Univers, et qui s'accomplit au plus intime de nous-mêmes ! il faut donc que nous nourrissions en nous le sens de la grandeur, être homme, c'est quelque chose de prodigieux ! "Combien belle est l'humanité !" disait Shakespeare, il faut que nous ayons cette sainte fierté de notre vocation d'homme, vocation révélée par Jésus qui donne la pleine mesure de l'homme et nous appelle à grandir à sa taille.

Si donc il est vrai que c'est notre vie qui est tout notre apostolat, si c'est notre vie qui est sous la mission de Jésus, et si nous n'avons à témoigner de Lui que par notre vie, mais rien n'est plus grand ! et il n'y a pas de témoignage qui puisse dépasser celui-là.

Retenons en tout cas cette oraison sur la vie qui est l'âme de la charité : il nous faut désormais regarder les autres avec ce regard qui cherche en eux avec les yeux, baissés bien sûr, du respect et de l'amour, qui cherche en eux cet Infini dont ils sont tous et chacun les porteurs, et laisser dans toutes nos relations humaines, laisser la possibilité de ce devenir, laisser ouvert cet espace, que les autres sentent que nous ne les limitons pas et que nous les traitons vraiment comme les sanctuaires de la divinité !

Ah ! comme l'Eglise, comme l'Eglise prend un sens passionnant ! passionnant quand nous la voyons justement dans son dynamisme sacramentel, dans sa transparence à la Présence de Jésus, quand nous la voyons se réaliser avec ces pierres vivantes que nous sommes, sachant que tout le reste, tout le symbolisme extérieur, n'est pas extérieur précisément parce qu'il est en relation avec les couches profondes de notre être.

Le monde commence, la Création fait un nouveau départ à chaque battement nouveau de notre coeur, et c'est aujourd'hui le premier jour, c'est chaque jour le premier jour, nous ne sommes pas liés par notre passé, nous n'avons pas à rouler le rocher de Sisyphe d'une manière désespérée, nous savons qu'un seul mouvement de notre cœur nous remet en face du Dieu Vivant, et qu'avec Lui la vie est toute neuve, puisque Il est, chaque fois que nous nous approchons de Lui, une nouvelle naissance.

"Je est un autre." En effet quoi de plus certain ! "Je est un autre."

Qu'y a-t-il de plus intime ? Je, Je ! Qu'est-ce qu'il y a de plus intime, Je, Je ! Ce qu'il y a de plus intime, Je, Je ! ce qu'il y a de plus "nous-mêmes", c'est Lui ! Il n'y a donc pas de proximité plus radicale que celle-là, que celle-là ! Nous ne pouvons jamais aller jusqu'à nous sans aller jusqu'à Lui ! et notre vie, c'est cette symbiose, cette communion permanente avec Lui.

Il vaut la peine d'être engagé dans cette aventure, et de donner sa vie pour ce témoignage, puisque ce témoignage, c'est vivre et rien d'autre. "Je est un autre" en qui nous avons tous les mêmes racines, et qui nous permet de rassembler tous les vivants et tous les morts, tous ceux qui sont proches et lointains, tous sont au-dedans de nous, ou nous au-dedans d'eux-mêmes, ce qui revient au même justement parce qu'il n'y a qu'un seul point focal, ce seul point autour duquel gravite cette circonférence immense qui comprend toute l'histoire et tout l'Univers, mais en Lui tout est présent ! tout est présent et tous les murs de séparation s'écroulent, et toutes les absences sont récupérées : il n'y a plus de vivants ou de morts, puisque tous sont uns dans le coeur de Dieu qui bat dans le nôtre. » (à suivre)

Ajouter un Commentaire

Les commentaires sont modérés avant publication. Les contributions doivent porter sur le sujet traité, respecter les lois et règlements en vigueurs, et permettre un échange constructif et courtois. A cause des robots qui inondent de commentaires publicitaires, nous devons imposer la saisie d'un code de sécurité.

Code de sécurité
Rafraîchir