(Balbutiements encore).

Dieu, le Dieu Trinité, veut le bonheur de l'homme, infiniment davantage que ne le veut l'homme lui-même.


Hier soir, sur Kto, excellent témoignage d'un prêtre de 66 ans, ancien moine puis aumônier de prison. Il y manquait toutefois quelque chose. Sans cesse il a parlé de Dieu, Dieu, Dieu... pas une seule fois du Père, infiniment bon et pour cela infiniment heureux... et du Fils et de l'Esprit, infiniment bons eux-mêmes du même bonheur.


Et nous n'avons pas seulement à nommer Dieu Père, Fils et Esprit, nous avons à apprendre et réapprendre sans cesse que Dieu veut notre bonheur infiniment plus que nous parce qu'il s'agit de Son bonheur à Lui, infiniment dépouillé de Lui-même, le bonheur divin étant toujours dans le bonheur de l'Autre.


Et nous avons à apprendre et réapprendre sans cesse d'abord que non seulement « Dieu est toujours déjà là », mais qu'Il est toujours déjà-là, Trinité, en le cœur de chaque homme, y désirant accomplir et y accomplissant en effet ce qu'Il désire et accomplit de façon parfaite éternellement : la naissance du Fils et la procession de l'Esprit. Tout son bonheur éternel est là, est dans ce désir et son éternel accomplissement.

Et Il veut que l'homme, pour être heureux du seul vrai bonheur, entre lui-même dans l'élan trinitaire, l'élan du seul vrai bonheur, et il ne peut le faire que dans le don de soi.


Et il n'y a aucun égoïsme divin en ce désir et accomplissement éternel en l'homme de ce qui fait que Dieu est Dieu, il n'y a aucun égoïsme en le bonheur de Dieu parce qu'il n'est aucunement jouissance de soi mais éternellement en chaque Personne divine l'accomplissement du bonheur de l'Autre : Dieu n'est et ne peut être heureux, pleinement, que du bonheur de l'Autre.


Quand cela sera-t-il écrit dans le catéchisme et prié dans la prière de l'Eglise, celle de l'Eucharistie et de toute sa préparation et action de grâce en la prière de l'Eglise ?


On s'est posé la question de savoir si le bonheur infini apporté par Jésus-Christ au Père apportait quelque « plus » au bonheur éternel du Père, du Fils et de l'Esprit, bien évidemment non, mais il faut préciser qu'il n'apporte aucun « plus » simplement parce que Jésus-Christ, le Fils, est éternellement créateur et rédempteur de l'homme, il n'y a pas en Dieu d'avant cette création et rédemption, même si elle s'opère et accomplit dans le temps des hommes ! Et ce qui s'est accompli dans notre temps, ce qui s'est accompli il y a 2000 ans et continue de s'accomplir réellement en l'offrande eucharistique, du coté de Dieu est éternellement présent, et le comblant de bonheur lorsqu'à cette offrande parfaite s'ajoute l'offrande de l'homme, venant donner son sens à l'offrande du Fils.


On a déjà développé comment cette offrande parfaite du Christ sur la Croix révèle un immense mystère, celui, en la sainte Trinité, d'une parfaite et éternelle offrande de chaque personne divine à l'Autre avec lequel elle s'identifie. En le Dieu Trinité, c'est le parfait don de soi, jusqu'au don de sa vie éternelle, qui constitue le cœur de la vie trinitaire, et le Dieu Trinité veut que ce bonheur devienne celui d'innombrables créatures, même si cela ne lui apporte à Lui aucun surcroît de bonheur : en réalité c'est éternellement que cela lui apporte un infini bonheur, c'est éternellement que cela du moins fait partie constituante de son éternel bonheur, sans que ce lui soit nécessaire...


Dieu est infiniment plus près de sa créature et intéressé à elle que nous ne l'imaginons, c'est Son œuvre, il s'intéresse particulièrement et infiniment à elle parce qu'elle est aussi pour Lui l'Autre... auquel éternellement chaque Personne divine s'identifie, en accomplissant ce qui fait que notre Dieu est Ce Dieu Trinité.

« Père infiniment bon, que notre seul bonheur soit le tien ! Que ton éternel et parfait bonheur soit le nôtre ! Qu'il devienne celui de tous les hommes ! »

Père Debains

Ajouter un Commentaire

Les commentaires sont modérés avant publication. Les contributions doivent porter sur le sujet traité, respecter les lois et règlements en vigueurs, et permettre un échange constructif et courtois. A cause des robots qui inondent de commentaires publicitaires, nous devons imposer la saisie d'un code de sécurité.

Code de sécurité
Rafraîchir