Suite 4 de la 1ère conférence de retraite M.Zundel à la clinique Bois-Cerf en mai 1973.

Notre vie ne peut s'accomplir que sous forme d'offrande.

« Nous l'avons vu - et il faut le redire - nous sommes toujours tentés de considérer l'humilité, la charité, comme des vertus qui s'ajoutent à nous, que nous devons conquérir pour être conformes à la volonté de Dieu, nous ne voyons pas que c'est notre existence même qui est enjeu : nous ne pouvons pas être des personnes, nous ne pouvons pas affirmer notre dignité, nous ne pouvons pas justifier notre invio­labilité autrement que dans ce passage du dehors au dedans qui est le passage du moi possessif au moi oblatif.

C'est en forme d'offrande que notre vie s'accomplit et pas autrement, et, dès que nous voulons posséder quoi que ce soit, c'est fini, nous renonçons à exister humainement, nous sommes repris par notre gangue animale et nous sommes, comme tous les vivants, privés d'intelligence, nous sommes portés par l'univers et menés par lui.

Notre seule chance d'humanité, c'est cela, c'est de décoller de

nous-même dans ce don total que nous devons accomplir, bien sûr, justement en étant suspendu à la Présence Divine au plus intime de nous-même.

D'ailleurs, tout cela, nous le savons par le Christ, c'est Lui qui nous l'a appris non seulement en nous révélant le nom du Père, du Fils et du Saint Esprit, mais en vivant jusqu'à la mort de la Croix ce dépouillement libérateur, puisqu'on n'est libre qu'au moment où l'on est libre de soi.

Donc l'humanité de Notre Seigneur, c'est l'humanité totalement libre d'elle-même, parce que totalement ouverte sur la personnalité divine qui la revêt et en fait le sacrement inséparable de sa révélation et de sa communication.

La présence de Dieu dans le monde n'est jamais saisissable autrement que comme un événement qui est vécu par l'homme dans une transformation de l'homme.

Quand vous vous émerveillez, voilà un événement qui vous transforme, qui vous libère, qui, pour un moment, détourne votre regard
de vous-même et le tourne vers "la Beauté si antique et si nouvelle
qui est toujours déjà là". Eh bien, pour Notre Seigneur, il n'y a plus de limites à cette mani­festation.

Sans doute Dieu est en nous comme Il est dans l'humanité de Notre Seigneur, c'est nous qui ne sommes pas là. Si nous étions aussi présents à Dieu que Notre Seigneur, nous serions Christ nous-même.

Le Christ, c'est donc l'humanité qui subsiste, qui s'accomplit, qui se manifeste toujours pour le compte de Dieu parce que, justement, elle subsiste et elle est enracinée dans l'éternelle pauvreté.

Toutes les croyances, disons tous les dogmes chrétiens, qui sont des expressions toujours plus précises du témoignage apostolique et donc finalement de l'enseignement de Notre Seigneur lui-même, tous les dogmes chrétiens ont leur foyer dans ce dépouillement, dans cette pauvreté, dans cette désappropriation, c'est-à-dire, finalement, dans la Trinité Sainte. Nous n'avons pas à croire autre chose ni à vivre autre chose que ce dépouillement infini qui est Dieu même.

C'est pourquoi l'Evangile n'est pas une doctrine, l'Evangile n'est pas un système, l'Evangile n'est pas une Weltanschauung, une espèce de vision du monde philosophique ! l'Evangile, c'est la lumière même, dans la Personne de Jésus, de cette Pauvreté infinie où, dans la désappropriation de tout, le monde atteint enfin à la clarté.

Le monde devient transparent à Dieu quand il cesse d'être possédé. Quand on veut le posséder, on est sûr de ne pas le connaître dans ses profondeurs ! c'est quand il devient une pure offrande d'amour qu'il révèle ses racines divines et resplendit dans toute sa beauté. Ceci est extrêmement important parce que l'évangélisation ne consistera pas à distribuer des notions. » (à suivre)

Ajouter un Commentaire

Les commentaires sont modérés avant publication. Les contributions doivent porter sur le sujet traité, respecter les lois et règlements en vigueurs, et permettre un échange constructif et courtois. A cause des robots qui inondent de commentaires publicitaires, nous devons imposer la saisie d'un code de sécurité.

Code de sécurité
Rafraîchir