Ebauche d'homélie pour le 14ème dimanche de la Pentecôte. La désappropriation divine est inscrite dans l'Evangile.

« Père, ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l'as révélé aux tout-petits, oui, Père, tu l'as voulu ainsi dans ta bonté ! tout m'a été confié par mon Père : personne ne connaît le Fils sinon le Père ; et personne ne connaît le Père sinon le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler. »
Immédiatement l'on peut se demander ce qu'il en est de saint Paul, un homme particulièrement intelligent des « choses » de Jésus-Christ, et choisi par le Seigneur lui-même pour les développer. Eh bien saint Paul fait partie de ces tout-petits à qui le Père se révèle et révèle le Fils parce que, pour lui, vivre, c'est le Christ et non pas lui-même ! il a fait, il fait sans cesse le vide en soi, la désappropriation de soi, pour laisser toute la place à Jésus-Christ.
Il est très rare dans les synoptiques que l'on parle de la relation du Père au Fils et du Fils au Père, on en parle seulement ici en Matthieu 11, 25 ss. Et en Luc 10, 21-22. Marc n'en parle pas. Par contre Jean en parle abondamment.
Et, on ne l'a peut-être pas remarqué suffisamment, cette révélation ici de la connaissance parfaite mutuelle et réciproque du Père au Fils et du Fils au Père, suit immédiatement la louange de Jésus au Père parce que c'est justement aux tout-petits que le Père, par le Fils et en Lui, révèle cette relation mutuelle entre le Père et le Fils qui ne peut n'être révélée qu'aux tout-petits.
On peut sans doute dire que le Père, comme le Fils éternellement, se fait lui-même tout-petit devant le Fils et le Fils devant le Père, puisque, si l'on suit M. Zundel, le Je de l'Un et de l'Autre est l'Autre. Ce vide en le Père de tout ce qu'il pourrait être d'autre est absolu : Il est sa relation au Fils, Il n'est rien d'autre. Et de même le Fils n'est rien d'autre que sa relation au Père. Nous avons sans doute là le plus essentiel à découvrir sans cesse, et à expérimenter, quant au mystère de la sainte Trinité. Et cette relation réciproque est tellement essentielle, et même substantielle, qu'elle est la 3ème Personne de la sainte Trinité : Dieu est Esprit , et c'est en esprit et en Esprit, que doivent l'adorer Ses vrais adorateurs.
Et cette adoration fait entrer l'homme dans la relation des personnes divines entre elles constitutive de leur être et de leur bonheur éternels. Et l'homme ne peut commencer à le comprendre, ce sera toujours un commencement, que dans la mesure où lui-même se désapproprie de lui-même, à l'image du Dieu Trinité selon la ressemblance duquel Il est créé et sauvé, ce qu peut équivaloir à se faire tout petit.
On peut donc voir dans cette révélation trinitaire, très rare en les synoptiques tellement qu'on a pu voir là un rajout à leur évangile (et ce n'est pas un hasard si on l'a placé justement là), une révélation de la désappropriation trinitaire, si chère à Zundel, et constitutive de la personnalité de chaque Personne divine : ce mot de désappropriation a été récensé chez lui plus de 2000 fois.
Etre tout-petit, être in-fans, ne parlant pas, est donc fondamental dans la vie chrétienne, mais si l'on se tait, c'est pour laisser parler en nous et par nous le Fils de Dieu. Il ne peut parler que par nous aujourd'hui, Il attend de chacun un achèvement, nécessaire et indispensable, de ce qu'Il a vécu et souffert durant son passage parmi nous.
Nous avons une dette vis-à-vis de la Trinité divine qui nous crée et sauve, il s'agit de ce « parler Jésus-Christ » par toute notre vie, et ce parler n'est possible que si nous ne vivons plus sous l'emprise de la chair, mais sous celle de l'Esprit qui veut nous faire entrer sans cesse mieux et davantage dans cette relation du Père au Fils et du Fils au Père qui Le personnifie ...
« Au commencement est la relation » disait Bachelard, disons plutôt : « Au commencement est la Personne de Jésus-Christ », la personne du Fils du Père, et l'homme est appelé à s'identifier à cette Personne pour être lui-même relation au Père. Il n'y a pas d'autre façon d'être vivant de la vie éternelle.

Ajouter un Commentaire

Les commentaires sont modérés avant publication. Les contributions doivent porter sur le sujet traité, respecter les lois et règlements en vigueurs, et permettre un échange constructif et courtois. A cause des robots qui inondent de commentaires publicitaires, nous devons imposer la saisie d'un code de sécurité.

Code de sécurité
Rafraîchir