suite 6 de la 1ère conférence donnée par M. Zundel aux religieuses de la clinique de Bois-Cerf (près Lausanne) en mai 1973.

Nous sommes tous liés à la même histoire. Jésus-Christ, dans Son amour, fait de tous les hommes des contemporains. Toute l'histoire est une incarnation de Dieu. ... La seule manière d'être témoins authentiques de Jésus-Christ, c'est notre propre dépouillement.

« Notre Seigneur est tout accueil, toute ouverture, toute présence, et il nous assume chacun au plus intime de nous-même beaucoup plus profondément que nous ne pourrions nous assumer nous-même.

Je vous raconte cette parabole qui m'a énormément saisi moi-même. J'étais à Byblos et je me suis tout à coup trouvé en présence d'un squelette, d'un squelette préhistorique. C'est beaucoup dire "préhis­torique", puisqu'il remontait à l'an 2500 avant Jésus Christ. Devant ce squelette, qui était apparent dans une jarre brisée où il reposait dans la position du foetus dans le sein maternel, tout à coup la ques­tion s'est posée à moi : "Quel est le rapport entre cet être humain dont je retrouve les restes aujourd'hui dans ce squelette, quel rapport entre lui et moi ? Est-il simplement un animal dont je rencontre la carcasse, comme un lion d'aujourd'hui pourrait rencontrer la carcasse d'un ancêtre mort il y a 3500 ou 4000 ans ? Ou bien y a-t-il un rapport personnel entre cet être humain et moi ? Appartenons-nous à la même histoire ? Sommes-nous contemporains ? Sommes-nous liés à un même destin ? Avons-nous la même fin ? Nous retrouverons-nous ?

Et tandis que toutes ces questions se posaient à moi, l'image du second Adam, Jésus Christ, me vint à l'esprit et je compris qu'en Jésus Christ, cet homme et moi, nous étions liés à la même histoire, que nous avions la même fin, que nous étions contemporains et que nous étions appelés à nous rejoindre un jour.

Jésus Christ fait l'unité du genre humain. Jésus Christ, c'est lui qui tient toute la chaîne. Et c'est ce que signifie admirablement la conception virginale : Notre Seigneur, né de la contemplation de Marie qui est toute orientée vers Lui parce que, justement, il n'est pas un maillon de la chaîne des générations, c'est lui qui tient toute la chaîne et lui confère son unité, et qui rend tous les hommes contemporains dans Son Amour.

Vous voyez que les formules : "Jésus est le Fils de Dieu fait homme,

Jésus est le Verbe Incarné, Jésus est descendu du Ciel", toutes ces formules qui sont vraies à leur manière, demandent à être nuancées, à être replacées dans une expérience de l'Incarnation qui s'étend à toute l'histoire. Toute l'Histoire est une incarnation de Dieu, progressive, partielle, intermittente, mais toujours orientée vers la suprême Incarnation en Jésus Christ qui est l'Incarnation suprême, car il est impossible d'être plus dépouillé que l'humanité de Notre Seigneur qui subsiste pour le compte d'un Autre, qui n'exprime que cet Autre dans tout ce qu'Elle est, dans tout ce qu'Elle fait.

Si nous ne sommes pas disciples de Bouddha, bien que Bouddha soit un saint à sa manière, si nous ne sommes pas disciples de Brahma, ce n'est pas que nous soyons insensibles à leur grandeur ! mais c'est justement parce qu'en Jésus Christ se révèle la suprême liberté dans la suprême libération et parce que c'est en Jésus Christ que nous pouvons atteindre à notre plein épanouissement par notre entière délivrance de nous-même, car c'est de tout cela que nous avons à être délivrés, de ce "moi" possessif qui nous enferme dans la prison la mieux cadenassée.

Nous aurons donc à témoigner de Jésus Christ non pas en affirmant que Jésus Christ est l'unique philosophe possible, comme si Jésus Christ était simplement un maître qui enseigne une doctrine qui peut se détacher de lui, nous aurons à témoigner de Jésus Christ par notre propre dépouillement, c'est la seule manière de témoigner de lui authentiquement. Il est inutile d'enseigner le catéchisme si nous ne sommes pas nous-mêmes dans une volonté profonde, dans un désir constant de désappropriation.

Et qu'est-ce que nous enseignons aux enfants en effet si nous ne les aidons pas à vivre eux-mêmes ce mystère de pauvreté qui est leur seule libération possible, leur seule grandeur possible ! Nous sommes là au coeur de l'être et nous avons à décider du sens même de l'existence.

Jésus Christ donc est présent car Il subsiste dans le Verbe de Dieu, parce qu'en Lui s'accomplit le suprême dépouillement qui est la suprême liberté. Jésus Christ a la mission de récapituler toute la Création, de rassembler tout l'univers et de faire de toute créa­ture un enfant de Dieu. Car la grâce faite à l'Humanité de Notre Seigneur n'a pas été faite à cette Humanité pour elle-même mais pour tous. Toute grâce est une mission et plus cette grâce est grande, plus la mission l'est aussi, plus elle doit s'étendre et plus elle doit s'approfondir, et plus elle requiert de celui qui a reçu cette grâce un don plus parfait. » (à suivre)

Ajouter un Commentaire

Les commentaires sont modérés avant publication. Les contributions doivent porter sur le sujet traité, respecter les lois et règlements en vigueurs, et permettre un échange constructif et courtois. A cause des robots qui inondent de commentaires publicitaires, nous devons imposer la saisie d'un code de sécurité.

Code de sécurité
Rafraîchir