La liturgie de l'ouverture des jeux à Pékin. (personnel, balbutiements)

L'événement de ce 8 août 2008 devra être inscrit dans l'histoire de l'humanité comme une date de haute importance. Peut-être beaucoup n'ont-ils pas encore reconnu la « capitalité » dans notre histoire de l'ouverture de ces jeux "pharaoniques,", témoin celui à qui je disais hier en avoir suivi en direct intégralement la retransmission, et qui me répondait que lui, il lui suffirait d'en voir les points importants dans les nouvelles du soir. Il n'avait pas compris que l'important pour tout chrétien devrait être d'abord de regarder cette ouverture sur le trop petit écran en même temps que des milliards d'humains et donc en communion avec eux, en communion avec l'humanité entière. Tous les 4 ans j'aime suivre cette même ouverture des jeux olympiques mais cette année elle a revêtu une importance unique du fait que, cette fois-ci, c'est la nation la plus grande et la plus peuplée du monde qui nous en donne le spectacle, et quel spectacle ! Sur notre terre jamais encore jusqu'à ce jour on n'avait vu présentation aussi grandiose et jamais aucune autre n'a été vue par d'aussi nombreuses personnes sur toute la surface de notre planète !
Un spectacle marqué surtout par la perfection de son exécution (cent fois plus difficile pour le metteur en scène que la réalisation d'un film, nous a-t-il été dit !) et par l'innombrabilité de ses acteurs, tous jeunes, tous très jeunes jusqu'à ce petit enfant, rescapé des récents tremblements de terre, accompagnant, et lui venant à la hauteur de la taille, le géant porte-drapeau de la Chine.
Cette immense fête, aux yeux de beaucoup peut-être, est ternie par ce fait qu'elle a entraîné de graves violations des droits de l'homme, ne serait-ce que les nombreuses expulsions nécessitées par la place demandée pour ces jeux en plein centre de Pékin et imposant un immense stade en son centre (90.000 places), et aussi parce qu'elle se déroulait dans le pays le plus violateur de ces droits notamment avec ce qui s'est passé ces dernières années au Tibet. Immense question, question dramatique entre toutes ! puisque ces beaux jeux ont été payés par ces graves violations des droits de l'homme sans lesquels, les chinois le savent, ils n'auraient pas été possibles.
Il ne faut pas oublier que la rédemption de l'humanité accomplie par Jésus-Christ il y a deux mille ans, mais éternellement actuelle, a pour but, c'est son dessein premier, l'unification du genre humain en le Corps mystique du Christ ! la splendeur éphémère du vécu de cette unité lors de cette ouverture, sera éternellement vécue dans le paradis sous un mode infiniment supérieur parce qu'elle sera d'un tout autre ordre, fêtée en l'intériorité de chaque élu.
La dernière prière de Jésus juste avant d'être livré au bon vouloir des hommes qui ont en ont fait ce qu'ils ont voulu : « Père, qu'ils soient tous un comme toi en moi et moi en toi ! » C'est la prière fondatrice de l'Eglise.
En même temps que cette célébration du 08/08/08 la guerre fait rage en Georgie, le Christ y meurt en chacune de ses victimes, et, si nous nous acheminons vers une unité, un jour parfaite, de l'humanité, ce ne sera qu'après d'innombrables conflits, censés nécessaires par leurs acteurs.
Mais pourquoi en est-il donc ainsi ?

Je souhaite qu'un jour naisse, ou soit déjà né, un diffuseur génial de la pensée mystique de M. Zundel, parce que je pense, et là je ne peux pas me tromper, que cette mystique peut marquer une nouvelle et très heureuse direction vers cette unification. Zundel est en amont de toutes les divisions ! Puisse ce site aider à le faire saisir du plus grand nombre !
J'espère la sortie prochaine du livre depuis longtemps en ébauche et annoncé, un livre sur l'Eglise où il apparaîtra que dans l'Eglise, ... on parle encore fort peu de l'Eglise , encore moins de l'Eglise seule capable de l'unité du genre humain ! Pourquoi dans la plupart des vies de saints en est-il si peu question ? et pas davantage dans la plupart des prédications, alors que l'Eglise, alors que le mystère de l'Eglise, seule facteur et auteur possible de la véritable unité des hommes, est de plus en plus nécessaire à être exposé et vécue pour le bien et le bonheur de l'humanité entière.
Alors qu'on parle beaucoup en bouddhisme de l'amour universel, comment se fait-il qu'en christianisme on n'en parle finalement que bien peu ? Comment se fait-il qu'en bouddhisme tellement de personnes pratiquent le « meta », une forme de la pratique de cet amour universel ? tellement peu, apparemment, y pensent en christianisme. Rappelons ici que le meta consiste à dire intérieurement, peut-être sur chacun de ceux que l'on rencontre ou auxquels on pense, amis ou non, cette prière : « Que un tel soit en bonne santé, libéré de tout mal, heureux et en paix ! »
Il faudra reprendre, dans le livre sur l'Eglise et sur ce site, les paroles admirables de M. Zundel sur cet amour universel, qui peut apporter à ceux qui le pratiquent au moins ainsi, une véritable libération et joie de vivre, et de ce fait une prise en charge de l'unité de l'humanité entière.
Avez-vous remarqué le contraste, manifeste, entre ces innombrables jeunes acteurs chinois en fête à Pékin hier durant la célébration de la plus belle liturgie, et les nombreux visages déjà flétris dans la plupart de nos assemblées liturgiques ?
Cela ne veut pas dire que l'Occident, disons ici l'Europe et le christianisme, doit maintenant s'effacer devant l'Asie ! il est reconnu que bien des occidentaux ont participé à la préparation de ces jeux chinois, ne serait-ce que par des conseils avisés, les chinois ayant eu l'intelligence de recourir à cette intelligence dispensée ailleurs que chez eux, et reconnaissant que c'est en Occident, en France avec le baron de Coubertin, qu'est venue l'idée de ces rassemblements sportifs mondiaux tous les quatre ans.
Il ne s'agit donc pas de nous effacer simplement devant l'Asie, en rendez-vous sportifs ou en christianisme, mais bien de réveiller en nous notre foi chrétienne dans des profondeurs pour la plupart encore insoupçonnées. (à suivre ? à reprendre ?)

Ajouter un Commentaire

Les commentaires sont modérés avant publication. Les contributions doivent porter sur le sujet traité, respecter les lois et règlements en vigueurs, et permettre un échange constructif et courtois. A cause des robots qui inondent de commentaires publicitaires, nous devons imposer la saisie d'un code de sécurité.

Code de sécurité
Rafraîchir