L'émergence du Fils de Dieu.

Vous avez certainement remarqué dans le texte " sité " hier, l'emploi répété du mot émergence. Cette page zundélienne " sitée " hier est extrêmement importante, peut-être aussi celle d'aujourd'hui. La pénétration profonde en la pensée de Zundel demande beaucoup de lectures et relectures. L'importance de cette page vient ce que cette exégèse fait s'évanouir à tout jamais en l'esprit de l'homme qui a pris le temps de la comprendre tout fondamentalisme comme tout fanatisme : " La Révélation n'est pas dans les mots, elle n'est même pas en ceux de l'Evangile ! "

La Révélation est dans ce qui émerge de tout ce qui est dit et raconté d'abord dans l'Evangile, ensuite dans le reste du Nouveau Testament et dans la Bible entière, mais aussi en tout ce qui émerge des paroles de tout prophète authentique, comme en tout ce qui émerge de l'enseignement de l'Eglise, dit malencontreusement " dogmatique ". Les mots sont toujours nécessaires, mais c'est ce qui les dépasse qui a première importance, c'est LE mystère auquel les mots donnent un point d'appui, un point de départ, un tremplin pour un élan vers ce mystère qui est une Personne et qu'on n'aura donc jamais fini de découvrir et " expérimenter " même au Paradis.

Car cet émergement, ou émergence, est bien et toujours de l'ordre du mystère. Jésus-Christ certes doit être dit, il faut Le dire, mais tout ce que diront les Apôtres ne sera vrai que dans la mesure où les mots nous conduiront vers Le mystère de la Personne de Jésus-Christ, une Personne parfaitement habitée et animée par le mystère de Dieu Lui-même. Les mots qui le disent sont dits pour nous mener vers ce qui est tout à fait et transcendantalement inaccessible à l'esprit humain, Dieu Lui-même. Déjà toute personne humaine contient un mystère inaccessible à tout autre ! Infiniment davantage la Personne de Jésus-Christ puisqu'elle contient, si l'on peut dire, tout le mystère infini de Dieu, d'un Dieu qui est Père, Fils et Esprit, d'un Dieu qui est trois Personnes transcendantalement unies l'une à l'Autre et au Troisième, à tel point, leur union est si transcendantalement parfaite, qu'ils ne constituent en vérité qu'un seul et unique Dieu. Jésus- Christ fait homme nous oriente, par tout son être, vers l'inaccessible, vers l'impénétrable qu'il faut pourtant sans cesse tenter de dire et en lequel il faut sans cesse tenter de pénétrer.

Qu'est-ce donc que l'émergence ? Au moment où je redécouvrais le texte de Zundel sité au 13/09/05, venait de paraître un hors-série de la revue scientifique " Science et avenir " (M 02597), consacré justement à " l'énigme de l'émergence ". L'éditorial est sans doute plus facile à comprendre que toutes les pages qui suivent. Il faut, du moins pour moi, maintes lectures et relectures, mais alors on commence à le comprendre. On y retrouve le mot mystère mais l'auteur manifestement se méfie d'une quelconque récupération religieuse. Le texte de Zundel et cet éditorial sont à lire tous les deux ensemble pour pénétrer peut-être dans une nouvelle intelligence de la Révélation chrétienne dans la Bible.

La parole de Dieu n'est donc pas à situer dans les mots de la Bible, ni même dans ceux de l'Evangile, mais bien dans ce qui en émerge, dans LE mystère continuellement raconté et révélé, mais qui dépasse transcendantalement les mots, nécessaires pourtant pour l'entrée dans CE mystère. On se répète tellement c'est important.

Qu'est-ce donc encore que l'émergence ? L'éditorial du hors-série débute ainsi : " Tout le monde sait ce qu'émergence veut dire, et les scientifiques emploient eux-mêmes ce mot au sens figuré de " apparition inattendue et soudaine (dans une série d'événements ou d'idées). " Et on retrouve à la fin de la page, pour conclure, la même affirmation : " Les concepts d'émergence (en physique) mobilisent le sens ordinaire du mot " émergence " à savoir un enrichissement inattendu et imprévisible dans une série d'événements ou d'idées. "

On lit aussi à la première colonne de l'éditorial : " L'émergence correspond à une conception révélée du vivant (il ne s'agit aucunement ici de la Révélation !), une conception révélée qui montre soudain des propriétés dont on ignore les fondements, entretenant un zeste de mystère si ce n'est du mysticisme. (Pour l'auteur sans doute le premier n'est conçu que pour mener nécessairement à l'autre !).

On sent dans ces termes la méfiance instinctive (de leur instinct de scientifiques purs et durs) chez la plupart des scientifiques vis-à-vis de toute explication religieuse des événements ou idées qu'ils étudient. Le mot " mystère " apparaîtra, mais l'on sait que pour un scientifique il désigne ce qui est encore caché et inexplicable mais sera un jour découvert.

Quelqu'un a dit d'eux, avec toute raison, que leurs méthodes d'investigation ne sont pas à la hauteur de ce que nous, nous appelons la réalité puisque, pour eux, ce qu'ils ne peuvent pas démontrer n'existe pas.

" La caractérisation de l'émergence, nous dit l'éditorial, est souvent résumée au moyen d‘une formule slogan : " Le tout est plus que la somme de ses parties. «. Il y a plus dans une propriété émergente que dans les propriétés des constituants qui lui ont pourtant donné naissance. "

Les constituants de la révélation chrétienne, ce sont tous les mots de la Bible. Le " plus " que les mots, l' " infiniment plus " qui les transcende, c'est, pour le christianisme, la Personne de Jésus-Christ. Et toute la lecture de la Bible devra tendre à y lire toujours l'émergence de cette Personne. Il ne s'y agit finalement jamais d'autre " chose " dès le premier instant de la Création de l'Univers ! Il y faudra un temps comme infiniment long, mais l'apparition de Jésus-Christ, de Son Humanité, est au cœur de cette émergence, étant bien admis et compris que nous ne voyons et pouvons " expérimenter " Dieu que par et en cette Humanité.

L'apparition de Jésus-Christ est au cœur de cette émergence sans cesse évoluant vers plus de lumière et d'émergement, jusqu'à la fin des temps. Et cette émergence de la Personne de Jésus- Christ continuera d'évoluer, disons plutôt de se développer, depuis la révélation " close " avec la mort du dernier des douze apôtres. Toute la révélation chrétienne est contenue dans ce qu'ont dit les Apôtres, tout ce dont ils ont témoigné jusque dans le martyre. Mais elle y est contenue seulement embryonnairement.

On sait que, dans l'embryon, il y a, déjà contenu et programmé en quelque sorte, tout ce que l'embryon développera ultérieurement, avec d'innombrables imprévus liés à tout l'environnement, à toutes les circonstances, et au degré de liberté qu'il aura atteint, à toutes les circonstances en lesquelles vivra l'enfant puis l'homme qu'il deviendra.

Et Ce Jésus-Christ veut continuer de se développer toujours en émergence, dans Son Corps mystique, ce Corps mystique appelé à réaliser le projet initial du Dieu Trinité : l'homme est créé pour devenir membre d'une humanité unifiée à l'image de la parfaite et éternelle unification des Personnes divines.

Les balbutiements que l'on tente ici voudraient être en harmonie parfaite avec ce que Zundel nous a dit hier sur ce site : " La Révélation chrétienne n'a jamais été autre chose que l'émergence d'une Présence personnelle, libératrice, intérieure, oblative, désappropriée de soi et qui nous introduit au cœur de la divine pauvreté. "

Un saint, un prophète authentique, est toujours émergence du mystère de la pauvreté divine, authentique révélation d'un Dieu trinitaire, en et par Jésus-Christ, l'Unique Révélateur du mystère du seul vrai Dieu, de l'Unique qui est Trinité.

Sur la page de couverture du hors série de " Science et avenir " on peut lire : " L'énigme de l'émergence, comment comprendre l'apparition spontanée de formes naturelles sans invoquer un ordre caché ou une force occulte ? "

Le mystère de Jésus-Christ, quand on tente de le pénétrer en profondeur, si peu que ce soit, on ne fera jamais que commencer cette pénétration, le mystère de Jésus-Christ peut sembler seul apte sinon à résoudre l'énigme, du moins à nous orienter vers sa solution.

Il ne pourra se situer et comprendre que dans un élan vital, un élan d'Amour de tout notre être vers Sa Personne.

" Ni vitalisme ni réductionnisme ! " est-il écrit en bas de la page de couverture, et en jaune !

Selon le vitalisme " la vie s'explique par l'action d'un principe vital ou tout au moins manifeste un dynamisme irréductible au jeu des lois physiques et chimiques. " Pour la foi chrétienne ce principe est la Personne du Saint-Esprit sans cesse en opération d'engendrement du Fils dans le cœur de l'homme tout au long de cette histoire apparemment infiniment longue.

Selon le réductionnisme, " tendance qui consiste à réduire les phénomènes complexes à leurs composants plus simples considérés comme plus fondamentaux ", il n'y aurait donc aucune émergence du vivant. Pour la foi chrétienne il y a sans cesse, et sans cesse à l'œuvre, l'émergence du Vivant par excellence, du Prince de la Vie, de la Personne du Christ, apparaissant au milieu du temps et de l'espace des hommes quand Il se fait l'Un d'entre eux pour devenir chacun d'eux, mais toujours apparaissant nouvellement en même temps que selon toutes les émergences qui ont précédées cette apparition.

Selon la foi chrétienne, redisons-le, la vie s'explique par l'opération constante de l'Esprit de Dieu, intérieur à toute réalité et voulant la mouvoir et promouvoir vers une forme supérieure à ce qu'elle est d'abord. Ce désir de l'Esprit aboutira à cette apparition de l'Humanité de Jésus-Christ, et ensuite à l'Eucharistie et, en et par ce sacrement, au rassemblement de l'humanité entière, en voie d'unification selon le modèle trinitaire. L'Esprit est encore très, très loin de la réalisation de cette opération d'unification mais c'est vers elle qu'Il veut tendre de toutes ses forces d'Amour.

(À reprendre, à dire mieux !)

Ajouter un Commentaire

Les commentaires sont modérés avant publication. Les contributions doivent porter sur le sujet traité, respecter les lois et règlements en vigueurs, et permettre un échange constructif et courtois. A cause des robots qui inondent de commentaires publicitaires, nous devons imposer la saisie d'un code de sécurité.

Code de sécurité
Rafraîchir