L'Eglise n'aura rien à dire au monde d'aujourd'hui si elle ne lui communique pas la Présence du Dieu intérieur, du Dieu trinitaire.
M. Zundel s'adresse aux bénédictines de Ballaison en septembre 1965 : Vous trouverez la suite de cette conférence dans le fichier d'archives du mois de décembre 2005.

"...Nous sommes à un tournant, à un tournant ! Et l'Eglise se trouve dans une crise telle qu'elle n'en a jamais connue : tout a été remis en question, absolument tout ! Tout a été repensé à nouveaux frais et il faut reprendre une orientation à partir d'un centre commun à toutes les disciplines, ce qui est avant tout une exigence de grandeur et de libération.

Si l'Eglise ne s'insère pas dans ce courant, si elle ne le vit pas d'une manière concrète telle que personne ne puisse douter que ce soit la seule vie profonde, la seule vie réelle, elle cessera d'être en prise sur l'humanité ! Elle n'aura rien à lui dire si elle ne lui apporte pas, si elle ne lui communique pas, la présence du "Dieu intérieur" : Il est le foyer de notre intimité, Il est la seule caution de notre autonomie et de notre dignité.

Je pense qu'il s'agit ici (d'insuffler au monde) un courant "trinitaire" Jésus est à l'origine de la conscience que l'homme prend de sa dignité, car c'est Lui, finalement qui, par l'agenouillement du lavement des pieds, nous a fait rencontrer le trésor que nous portons en nous, comme c'est Lui qui, par sa Croix, nous a donné la mesure de la grandeur humaine, il ne faut jamais l'oublier.

La Croix veut dire que Dieu apprécie notre vie au prix de la sienne. La Croix veut dire que notre liberté est si inviolable que Dieu, non seulement ne peut rien entreprendre contre elle, puisqu'il en est le ferment et la caution, mais que, pour la conquérir, Il n'hésite pas a encourir la mort de la Croix !

L'homme prend donc une mesure incroyable du fait de l'apparition du Christ, une grandeur incroyable, une grandeur proprement infinie dont Dieu est la mesure et la caution.

Tout est donc à revoir aussi dans ce que nous disons de la signification de la croix et dans les méditations que nous faisons du mystère de la Rédemption, comme aussi dans la conception que nous pouvons avoir du péché originel : il est d'abord, évidemment, le refus de se faire origine, le refus d'être comme Dieu !

Le refus d'être comme Dieu, c'est le paradoxe !
La Genèse concevait Dieu comme en dehors de l'homme, elle voyait l'homme comme le serviteur de Dieu, elle voyait dans la volonté de s'égaler à Dieu le péché par excellence. Or Notre Seigneur nous a apporté de Dieu une vision totalement nouvelle. Et II en a été tout à fait conscient...

Notre Seigneur est parfaitement conscient de l'opposition qui va se créer, et d'une façon toujours plus dramatique, entre Lui et son peuple, entre Lui et les autorités, entre Lui et la Tradition investie dans le grand prêtre et dans les docteurs de la Loi. Il sait très bien que cette opposition est inévitable, justement parce qu'il apporte de Dieu une vision incompatible avec la leur. Il le paiera de sa vie l Et II donnera de Dieu ce Visage de l'Amour crucifié qui ne peut rien d'autre que s'offrir, parce qu'il n'est rien d'autre que l'Amour.

Et, à ce tournant, nous arrivons nécessairement à la révélation trinitaire : la révélation trinitaire est la lumière centrale de la foi chrétienne, l'expression même de notre libération, la révélation suprême du Dieu libérateur qui est éternelle Liberté.

La Trinité, rien n'est plus simple si l'on se place au niveau d'intimités qui s'échangent ! Mais si l'on parle de Dieu comme de la Cause Première au sens de la logique extérieure et externe dont nous connaissons le déroulement tragique, si on reste enfermé dans une telle vision, Dieu est rigoureusement impensable et il devient immédiatement odieux. "
(À suivre - archives décembre 2005)

Mais qui donc dans l'Eglise en 2005 a conscience de l'importance de ces propos, et de ce que nous ne sommes pas encore sortis de la crise dénoncée par Zundel ?

Ajouter un Commentaire

Les commentaires sont modérés avant publication. Les contributions doivent porter sur le sujet traité, respecter les lois et règlements en vigueurs, et permettre un échange constructif et courtois. A cause des robots qui inondent de commentaires publicitaires, nous devons imposer la saisie d'un code de sécurité.

Code de sécurité
Rafraîchir