Une relecture qui s'impose. Avec quelques balbutiements qu'il faudra reprendre et développer.

Vous devriez, en prenant le temps, relire le texte qui précède (27 novembre). Aucune prédication dans l'Eglise n'a encore repris ce développement, même si, avec le Père Varillon qui avait à sa disposition beaucoup d'inédits de Zundel, un petit nombre aujourd'hui commence à être habitué à entendre parler de la pauvreté de Dieu, une autre façon, apparemment non-traditionnelle, de parler de Dieu.

Dans cette conférence à relire, les termes sont presque brutaux : Dieu est Dieu parce qu'Il n'a rien. Dieu n'est que la communication de Lui-même. En Jésus-Christ la suprême grandeur est inséparable de la suprême humilité. En Dieu l'Amour est la respiration même de l'existence On ne peut être soi que dans l'offrande comme Dieu l'est Lui-même.

On peut dire qu'aujourd'hui encore la quasi totalité de nos contemporains ne connaît aucunement Dieu sous ce visage, et Il n'en a pourtant pas d'autre : serions-nous alors seulement au début de l'ère proprement chrétienne ? On évitera de le dire simplement parce que d'innombrables saints ont " vécu " selon ce Visage zundélien, mais il y a maintenant urgence, avec les développements inouïes de la science et de la technique contemporaines : il y a urgence de faire émerger du contenu de la foi chrétienne, et de façon claire, cette vision d'un Dieu nouveau, d'un Dieu qui l'a toujours été et le sera toujours.

Ceux qui se croient les plus lucides disent que Zundel est prétentieux et qu'il dérange, et ils l'abandonnent souvent définitivement. Ceux qui le sont moins se contentent de dire que les propos zundéliens sont ceux d'un intellectuel, trop difficiles à comprendre pour eux. Je rencontrais encore avant hier une personne désireuse de fréquenter le site mais me disant qu'on l'en avait dissuadé : " C'est trop calé ! " lui avait-on dit.

La véritable difficulté ne serait-elle pas surtout que ce Dieu, toujours nouveau, est inhabituel et que, pour beaucoup, Il n'est pas fondé sur la tradition chrétienne et l'enseignement courant de l'Eglise. Le récent catéchisme de l'Eglise catholique n'en parle pas.

" ...Avec l'envoi du Fils et le don de l'Esprit-Saint, la révélation est désormais pleinement accomplie, même si la foi de l'Eglise devra en saisir graduellement toute la portée au cours des siècles. " (Abrégé, question 9)

Nous n'avons rien à redire mais, timidement, à donner une précision : l'envoi du Fils n'est pas terminé pas plus que le don de l'Esprit, ils ne le sont qu'historiquement si l'on se réfère à ce qui s'est passé il y a deux mille ans en Palestine. Alors qu'en est-il de l'accomplissement de la révélation ? Saint Paul n'a-t-il pas dit qu'il achevait ce qui manquait aux souffrances du Christ. Les souffrances de Paul sont souffrances du Christ et pas seulement souffrances par compassion aux souffrances du Christ.

On oublie couramment que l'Incarnation divine parfaite en Jésus- Christ n'apporte strictement rien de nouveau ou de plus en Dieu : Il s'incarne pour révéler qui est Dieu, mais pas en apportant la moindre nouveauté dans l'être-Dieu de Dieu. Il Le révèle selon ce qu'i est éternellement.

Zundel finalement n'est pas tant difficile à comprendre que difficile à accepter, et pour de multiples raisons qui, toutes, avec le temps apparaîtront non fondées. Il demande du temps, beaucoup de temps, ne serait-ce que pour commencer à entrer dans le mystère divin et l'on ira jamais guère plus loin. Et puis les gens n'ont plus guère de temps dans le monde moderne.

Mais l'on trouve déjà tout au long de l'histoire de la tradition chrétienne des pierres d'attente de cette nouvelle présentation du Dieu Trinité, elle n'est plus alors si nouvelle que ça ! Simplement elle dérange l'homme pécheur que je suis qui lui préfère un dieu plus confortable et moins déroutant.

Il est certain que les " rêveries " destructrices de la foi chrétienne des Da Brown, J. Duquesne, et autres, et récemment, celles dites philosophiques de Onfrais (?), je n'ai pas encore son livre " a-théologie " - je sais seulement qu'il multiplie actuellement en Normandie ses conférences -, toutes ces divagations ont impérativement besoin de cette nouvelle présentation pour être dénoncées. Ils ne saisissent tous le mystère de Jésus que de l'extérieur et, de cette façon-là, ils n'y peuvent comprendre strictement rien. Il faudra revenir là-dessus, c'est tellement important.
(À suivre et reprendre)

Ajouter un Commentaire

Les commentaires sont modérés avant publication. Les contributions doivent porter sur le sujet traité, respecter les lois et règlements en vigueurs, et permettre un échange constructif et courtois. A cause des robots qui inondent de commentaires publicitaires, nous devons imposer la saisie d'un code de sécurité.

Code de sécurité
Rafraîchir