Extrait du livre « Quel homme et quel Dieu ? » - Ed. St Augustin, 2002 -pp. 180-181
Un espace intérieur que chacun doit construire.

Le dernier livre de Jean-Claude Guillebaud (« La force de conviction » Seuil, août 2005) s'achève, ou presque, avec en encadré, à la page 388, une citation de Maurice Zundel :

« L'esprit en nous ne peut se prévaloir de son autonomie sans la conquérir. Le refus qu'il impose à toute intrusion, à toute contrainte, à tout lavage de cerveau, suppose qu'il émerge du monde des choses dont on peut disposer sans leur aveu, qu'il ne puisse donc être manipulé comme elles, parce qu'il doit être l'origine des options auxquelles il s'arrête...

Beaucoup de nos contemporains admettent et revendiquent (en principe) l'inviolabilité de la personne sans voir qu'elle a pour fondement une dignité qu'il s'agit de conquérir, et que, s'il faut assurer à chacun le pouvoir d'être l'origine de sa vie proprement personnelle, cela implique, de sa part, qu'il consente à une transformation radicale de soi, qu'il construise cet espace intérieur qui justifie le respect, qu'il devienne, dans sa plus secrète intimité, un bien universel que le monde entier puisse reconnaître comme sien... Il reste que c'est bien cette création secrète, par laquelle chacun est capable de se faire homme, que « les droits de l'homme » entendent protéger. Car c'est dans la mesure où chacun se fait homme que se constitue l'humanité. »
Maurice Zundel, Quel homme et quel Dieu ? Saint Augustin, 2002, pp. 180-181.

Ajouter un Commentaire

Les commentaires sont modérés avant publication. Les contributions doivent porter sur le sujet traité, respecter les lois et règlements en vigueurs, et permettre un échange constructif et courtois. A cause des robots qui inondent de commentaires publicitaires, nous devons imposer la saisie d'un code de sécurité.

Code de sécurité
Rafraîchir