Nous avons faim et soif de réalité.

(Maurice Zundel) :

« Nous avons faim et soif de réalité et ce que nous apprécions par dessus tout, c'est la sincérité, et le problème religieux - comme tous les problèmes - est pour nous un problème de réalité.

La religion est-elle du réel ? Nous introduit-elle au cœur du réel ? Ou est-elle une invention, une illusion de l'âme ?

Il y a au fond de toute vie cette difficulté et c'est elle qui s'élève aujourd'hui contre la foi. Il y a cette inquiétude, il y a cette soif et tout cela est bien du réel. Et au fond, si le monde moderne s'est détourné du christianisme, si, en fait, la plupart des peuples modernes, des états modernes, sont officiellement athées, c'est parce que la religion est apparue comme quelque chose d'irréel.

II est donc impossible, d'intéresser les hommes d'aujourd'hui au problème religieux, à moins de leur faire sentir que le problème religieux est au centre de la réalité - il est donné avec la vie - il coïncide avec le problème même de la vie - et nous avons essayé justement, de découvrir en nous la source de la croyance et de constater que l'élan qui nous entraîne dans toutes les voies qui nous intéressent vraiment, qui nous passionnent et qui paraissent susceptibles de nous mettre en contact avec le fond du réel, toutes ces voies sont ouvertes indéfiniment et nous amènent sur ce seuil de lumière que nous ne pouvons franchir ici-bas et nous donnent de pressentir, sans jamais pouvoir l'atteindre parfaitement, 1'inaccessible toujours présent qui est la Beauté, qui est la Vérité, qui est l'Esprit Vivant, qui est l'Amour, qui est la Sainteté. Autant de mots qui ne désignent que les réalités qui nous enveloppent et qui constituent le milieu dans lequel nous sommes plongés et qui est justement la réalité de Dieu.

La vie est Ouverte, la vie pourrit dès qu'elle cesse d'être ouverte ! Et nous avons la nausée de notre moi et de tous ces « moi » qui s'étalent autour de nous, et de toutes ces confessions publiques qui voudraient se faire approuver dans l'étalage de fautes offertes à nos regards, sans repentir.

Nous avons besoin, au contraire, d'être affranchi de notre moi, de sortir de nous, d'être délivrés du moi des autres et de communier tous ensemble dans une réalité de lumière et d'amour qui nous arrache à nos limites et nous baigne dans un océan de clarté.

Impossible de donner un sens à la vie, impossible de se livrer vraiment à toutes les exigences de l'art, de la science et de l'amour, à toutes les exigences de la conscience sans affirmer Dieu, puisque Dieu, encore une fois, c'est la réalité qui sous-tend tout Je dynamisme de notre vie, tout le dynamisme de 1'univers. »

(Maurice Zundel)

Ajouter un Commentaire

Les commentaires sont modérés avant publication. Les contributions doivent porter sur le sujet traité, respecter les lois et règlements en vigueurs, et permettre un échange constructif et courtois. A cause des robots qui inondent de commentaires publicitaires, nous devons imposer la saisie d'un code de sécurité.

Code de sécurité
Rafraîchir