Abbaye de Timadeuc - 1973

Einstein a parlé de la libération de notre moi dont dépend l'authentique valeur d'un homme.

Zundel a vu dans l'expérience de la conversion d'Augustin le modèle de cette libération.

La découverte d'Augustin : « Dieu est le seul chemin vers nous-même. »

Rien ne nous est plus important que cette découverte qui atteint le cœur de tous nos problèmes. (1)

« Augustin vivait au dehors de lui-même, il n'avait jamais pu accéder à sa propre intimité parce qu'on n'entre pas dans son âme comme dans un moulin !

Notre âme est un sanctuaire, un secret qui nous reste inaccessible tant qu'il ne nous est pas révélé dans une rencontre avec Dieu. Cette rencontre constitue pour nous une véritable nouvelle naissance...

Si Augustin peut distinguer ces deux situations (dehors, dedans) et les opposer l'une à l'autre, c'est que l'événement (de la rencontre) s'est produit avec toute sa lumière : il est vraiment né à lui-même, il a changé de "moi" !

Il était prisonnier de ce "moi" préfabriqué dans lequel nous sommes immergés, il croyait à son identité à travers ce "moi" préfabriqué, il restait esclave de sa subjectivité passionnelle en croyant (y trouver et) atteindre la vérité, et il s'aperçoit que, pour naître à la vérité, il faut naître de nouveau, et qu'on ne peut naître de nouveau que dans cette Rencontre avec cette Présence "plus intérieure à moi-même que le plus intime de moi-même".

" Tu es la Vie de ma vie, et c'est en adhérant de tout mon être à toi que je serai enfin vivant ! Si j'adhère de tout mon être à Toi, vivante sera désormais ma vie, toute pleine de Toi!"

II est impossible de nous joindre sans passer par Dieu qui est le seul chemin vers nous-même (vers la seule authentique Vérité de notre être-homme). Rien n'est plus important que cette découverte qui atteint le cœur de tous nos problèmes.

Ce qui est tout à fait remarquable dans la rencontre d'Augustin avec Dieu perçu comme "La Beauté", c'est que cette rencontre n'implique aucune dépendance sinon réciproque (Dieu dépend de l'homme tout autant que l'homme dépend de Dieu) : Augustin ne se sent pas le sujet, l'esclave et le mendiant de quelqu'un qui condescend à le regarder comme une petite fourmi qui s'agite dans le sable, mais au contraire il rencontre la Beauté comme l'espace illimité où sa liberté respire, il la rencontre comme le centre de sa dignité, comme le fondement de son inviolabilité, il la rencontre dans une réciprocité nuptiale, dans un mariage d'amour comme celui suggéré par Paul aux Corinthiens : "Je vous ai fiancés à un époux unique pour vous présenter au Christ comme une vierge pure." (2 Cor., 11,2).

M. Zundel à l'abbaye de Timadeuc en 1973.

Note (1) : Mais quand et comment faire cette rencontre ? Il n'y a pas de règle. Elle peut être subite et totalement imprévue, comme elle peut venir d'un long cheminement. Quelques paroles de Zundel, ou d'un autre mystique, ou de l'Evangile, peuvent l'occasionner. Le risque, c'est qu'ensuite, dans des circonstances moins favorables, on se laisse envahir par quelque chose comme l'impression plus ou moins vague qu'on a été eu ! Zundel, si on continue à le fréquenter, peut ne plus intéresser que notre intellect. Il dérangerait beaucoup trop notre vie !

Alors que les « choses » peuvent être plus simples que d'abord on l'imagine, et ne demandent jamais tout un chambardement de nos habitudes ! La seule première chose nécessaire, c'est de continuer à le lire ou écouter sans se croire obligé d'abord de se résoudre à des changements de vie. La nouvelle naissance est d'abord intérieure, c'est à l'intérieur que doit se faire le changement, nos perspectives les plus naturelles commenceront alors à changer, peut-être sans qu'on s'en rende bien compte.

Ajouter un Commentaire

Les commentaires sont modérés avant publication. Les contributions doivent porter sur le sujet traité, respecter les lois et règlements en vigueurs, et permettre un échange constructif et courtois. A cause des robots qui inondent de commentaires publicitaires, nous devons imposer la saisie d'un code de sécurité.

Code de sécurité
Rafraîchir