Conférence - Cénacle de Genève - 1966 (Fin, partie 5)

Il y a tout un univers qui n'existe pas encore,

que nous avons à créer, et c'est dans celui-là

que se situe la vie de l'esprit...

Il nous faut tout réinterpréter à partir de cette perspective prospective.

Le monde de la personne est un monde de circumincession .

(Suite de la conférence donnée au Cénacle de Genève en 1966) :

" L'avenir de l'homme est l'homme se faisant, l'homme se créant, l'homme s'inventant et, par là même, donnant à toute réalité une signification absolument imprévisible et inconnue de l'homme qui n'est pas né de nouveau.

Cette situation, qui est incontestable, ressort avec d'autant plus d'éclat que justement nous l'avons " encadrée " par la cybernétique, par la biologie, par des affirmations catégoriques d'hommes de science qui méthodologiquement veulent absolument s'en tenir à ce qu'impose l'expérience du laboratoire ! Et ils ont raison ! C'est la seule manière ici de se mettre d'accord parce que tout homme est au moins d'abord un robot, et est capable par conséquent d'admettre des explications qui démontent le robot sous ses yeux.

Si on voulait introduire la métaphysique dans les laboratoires, ce serait de nouveau la lutte, le combat, l'anarchie ! Et tout ce qu'il y a de plus précieux au monde serait très justement livré à des débats passionnels qui ne feraient que tout abîmer. Mais, ceci étant nettement posé, ne demandons pas au laboratoire ce qu'il ne peut pas donner et aux méthodes scientifiques ce qu'elles ne doivent pas poursuivre.

Car il reste qu'il y a tout un univers, le seul qui importe finalement, un univers qui n'est pas encore et que nous avons à créer, et que c'est dans celui-là que se situe la vie de l'esprit, la dignité, la grandeur, l'Amour et la Divinité. Et qu'il nous faut donc tout reprendre sur nouveaux frais. Il nous faut tout réinterpréter à partir de cette vision prospective qui regarde l'avenir, un avenir d'ailleurs encore une fois offert à chaque homme, à quelque période de l'Histoire qu'il appartienne. Il faut tout reprendre dans cette perspective prospective. C'est donc là seulement que peut se situer honnêtement la vie de l'esprit dont on ne peut témoigner d'ailleurs, comme vous le savez, qu'en la vivant.

Aucune explication ne pourra jamais persuader quelqu'un qui se satisfait, du moins le croit-il, d'explications physico-chimiques en réduisant tout à cela, personne ne pourra le persuader que la rencontre avec Quelqu'un sera une présence tellement authentique qu'elle fera fermenter en lui le désir d'une issue et déjà l'acheminera vers cette découverte unique et merveilleuse, inépuisable, qui est toujours nouvelle, et qui est à la fois celle de nous-mêmes, des autres, de l'humanité, de l'univers et de Dieu.

Là cesse toute discussion puisqu'on ne pourra jamais pénétrer dans le monde de l'amour avec des preuves et des démonstrations. Le monde de la Personne est un monde de circumincession : il faut être l'un dans l'autre pour connaître authentiquement une personne ! Et tout ce qui appartient à ce domaine suppose une contemplation où l'on s'intériorise, une désappropriation où l'on fait de soi un espace de lumière et d'amour, où l'on fait en soi un silence immense, où l'on écoute cette musique silencieuse que ne peut entendre que celui qui tend l'oreille de son cœur vers la Présence Adorable qui est vraiment, comme le pensait Augustin et comme nous l'éprouvons à chaque instant dès que nous demeurons conscients, qui est vraiment la Vie de notre vie. "

Ajouter un Commentaire

Les commentaires sont modérés avant publication. Les contributions doivent porter sur le sujet traité, respecter les lois et règlements en vigueurs, et permettre un échange constructif et courtois. A cause des robots qui inondent de commentaires publicitaires, nous devons imposer la saisie d'un code de sécurité.

Code de sécurité
Rafraîchir