Homélie pour le 21ème dimanche (Matthieu, 16, 13-20).

" Pour vous qui suis-je ? "

Pour Pierre qui est-Il ? Il est tout ! Lorsqu'il proclame qu'il est le Messie le Fils du Dieu vivant, il dit qu'Il est tout. Parce qu'il ne dit pas seulement : " Le Fils de Dieu ", il dit : " Le Fils du Dieu VIVANT". Ce Fils du Dieu vivant est tout pour Pierre parce qu'il n'y a que Lui qui soit authentiquement, éternellement et réellement vivant, parce qu'Il est le Fils, le Bien-Aimé du Dieu vivant.

On n'a peut-être pas assez remarqué qu'il n'y a que Jésus-Christ qui soit vivant, que c'est seulement EN Lui que nous pouvons être vivants, puisqu'on ne peut sérieusement appeler " vie " cette vie éphémère, sorte de caricature de la vraie vie, qui nous est donnée par nos parents au jour de notre conception : nous savons qu'elle prendra fin, que la vie ne nous anime, ne passe par et en nous, qu'un très bref instant quand on le compare à la longueur infinie de l' histoire de son apparition et développement sur la terre et dans l'Univers...

Comment se fait-il, comment est-il possible que les hommes aient, apparemment, si peu le sens de cette brièveté, et éternisent si facilement ce qu'ils appellent le présent, ce qui pour eux, en constitue la seule réalité.

Le Messie, l'Oint, l'Envoyé du Père, autant de noms qui identifient Jésus-Christ aux yeux de Pierre et dans son " sentiment " qui doit être le nôtre.

" O vie, disait Nietzsche, dans tes yeux j'ai plongé mon regard et dans un abîme il m'a semblé pénétrer ! " ... Une éducation religieuse malheureuse empêchait la découverte de la splendeur réelle de la vie en Jésus-Christ, le seul vrai et authentique vivant, le Fils du Père, le Fils du Dieu Vivant !

Comme le rayon lumineux du phare qui éclaire un bref instant un possible écueil, ainsi la vie humaine terrestre ! Avec cette différence qu'ici le rayon ne repasse pas : il n'y a pas de réincarnation véritablement envisageable ! L'homme qui naît sur la terre est toujours nouveau, même s'il peut y avoir une ressemblance étrange avec un autre qui l'a précédé.

La vie a aussi cette caractéristique que celui qu'elle anime un instant va faire tout ce qui lui est possible pour la garder toujours, or la caractéristique essentielle de la vie c'est qu'elle n'est jamais reçue pour être gardée : on ne la garde qu'en la communiquant ! C'est éminemment vrai en la Trinité en laquelle elle n'est éternellement gardée par chaque Personne divine qu'en étant éternellement communiquée à l'Autre divin. Chaque personne divine ne fait éternellement que transmettre à l'Autre la vie qu'elle a reçue de l'Autre ! C'est la seule façon en Dieu d'être vivant, ce ne peut être aussi que la nôtre !

Alors si nous, nous la perdons par la mort, c'est parce que dès l'origine l'homme n'a pas su que la transmettre. Il a voulu la garder ! C'est sans doute là le péché de notre origine, et ce que veut nous enseigner le récit biblique de la chute.

Notre être ne doit jamais se recroqueviller sur lui-même en peur de perte ! Nos mains ne doivent jamais se refermer sur ce qu'elles ont reçu et saisi par peur de le perdre, sinon la mort se profile tout de suite à notre horizon !

" Pour moi, le Christ, c'est La Vie ! " Et tout ce qui n‘est pas Lui n'en est qu'une caricature !

Nous nous entretenons trop facilement d'une vague espérance de vie après la mort ! Lui, le Fils du Dieu Vivant, Il veut nous rendre vivant dès avant la mort, et cette vie éternelle avant la mort ne peut être entretenue en nous que par tout ce que nous faisons de bien lorsque nous nous sommes identifiés à ce bien, à cette Vie qu'est Jésus-Christ.

" Vivante sera désormais toute ma vie, toute pleine de Toi, le Fils du Dieu Vivant ! "

Ajouter un Commentaire

Les commentaires sont modérés avant publication. Les contributions doivent porter sur le sujet traité, respecter les lois et règlements en vigueurs, et permettre un échange constructif et courtois. A cause des robots qui inondent de commentaires publicitaires, nous devons imposer la saisie d'un code de sécurité.

Code de sécurité
Rafraîchir