Timadeuc - 1973

Maurice Zundel a dit à Timadeuc en 1973

"Dieu ne se possède pas, Il se donne. Dieu ne possède rien,

c'est pourquoi Il est Dieu. Il est tout dans l'être parce qu'Il n'a rien dans l'avoir. "

" Pour nous nous qui n'arrivons pas à sortir de nous-mêmes, qui butons contre ce "moi" possessif qui nous enferme dans nos déterminismes, pour nous qui émergeons si rarement dans une liberté totale, pour nous qui émergeons si rarement dans un pur élan d'amour, ou qui arrivons si rarement à nous perdre de vue, quelle immense respiration d'apprendre que Dieu décolle éternellement de Lui-même, qu'il n'a pas d'adhérence à soi, qu'il ne peut pas Se regarder, parce que, en Lui, le Regard est une relation subsistante à l'Autre, parce qu'il ne peut pas S'aimer, parce que, en Lui l'Amour est une relation à un Autre, parce que tout en Lui est désapproprié, la connaissance comme l'amour, parce que Dieu, enfin, est infiniment libre de Lui-même.

C'est là la Perle du Royaume, C'est là le Joyau incomparable ! C'est la Nouveauté imprévisible, inépuisable : C'est un autre Dieu ! Qui aurait songé à un tel Dieu ? Qui aurait pensé que Dieu est Dieu parce qu'Il n'a rien ! Que Dieu est 1'anti-possession et l'anti-narcisse par essence !

C'est là notre Buisson Ardent. C'est là notre Sinaï. C'est là la Lumière Infinie. "Je est un autre", a dit Rimbaud, dans la "Lettre d'un voyant". "JE EST UN AUTRE". Nulle part ce mot ne se réalise plus pleinement que dans la Trinité Divine.

Quand pour un instant nous sommes délivrés de nous-même, quand dans l'émerveillement nous nous perdons de vue, nous savons que c'est parce qu'alors nous sommes suspendus à cette présence, parce que nous lui devenons intérieurs, et nous adhérons alors à nous-même à travers l'offrande que nous Lui faisons de nous-même.

Ces moments rares sont d'ailleurs d'autant plus précieux, parce qu'ils nous font sentir dans quelle direction se situe ce Mystère adorable, que la méditation ecclésiale a éclairé d'ailleurs d'une manière si profonde et si nécessaire. Le "homoousios" de Nicée est un trésor !

Avoir compris en effet que la nature divine n'est pas multipliée, que c'est la même et identique substance qui est identiquement, éternellement, sans aucune priorité ni prééminence, dans le Père, le Fils, et le Saint-Esprit, c'est nous ramener précisément à cette vision d'une pluralité relative où l'Etre divin est saisi tout entier par chaque relation qu'il porte, justement pour que cet Etre décolle, pour qu'il jaillisse dans une éternelle flamme d'amour. "

Le Père Ceyrac a dit au Centre de Sèvres en juin 1987 :

" L'être est supérieur à l'avoir...

Il est plus important d'être que d'avoir...

L'avoir divise les hommes, l'être les rassemble...

Tout ce qui n'est pas donné est perdu...

La seule chose qui importe dans le monde d'aujourd'hui, c'est d'aimer...

Si on est, on aime ! Si on a, on fait !

La seule grande tristesse, c'est de ne pas aimer...

Là où il y a un grand amour, il y a une grande joie...

Un grand amour, c'est un amour fait d'un grand respect de l'autre comme autre !

C'est un amour fait de tendresse,

un amour fait d'identification à l'autre, surtout dans la pauvreté,

un amour qui partout aime découvrir la beauté parce qu'on entre dans le mystère en découvrant la beauté. "

Ajouter un Commentaire

Les commentaires sont modérés avant publication. Les contributions doivent porter sur le sujet traité, respecter les lois et règlements en vigueurs, et permettre un échange constructif et courtois. A cause des robots qui inondent de commentaires publicitaires, nous devons imposer la saisie d'un code de sécurité.

Code de sécurité
Rafraîchir