Ce n'est pas par hasard que l'on a choisi de faire une retraite dans un monastère et particulièrement à Timadeuc qui a gardé un souvenir très vivant de la retraite donnée par Zundel en 1973.

La communauté nous a portés dans la prière monastique à laquelle la plupart d'entre nous ont pris part, même durant la journée. Le point central de notre recueillement a été notre participation à la célébration de l'eucharistie, chaque matin, avec cette note particulière de l'appel de tous les assistants, invités à monter jusqu'à l‘autel, autour des moines.

C'était le temps fort de notre journée. Et nous avons bénéficié de leur église, particulièrement propice à la célébration eucharistique par son agencement très simple, construite au XIX siècle.

Les autres moments très heureux de notre retraite ont été les témoignages du père de Boissière : c'est à lui que l'on doit la diffusion de la pensée de Maurice Zundel, de plus en plus présente, dans l'église, aujourd'hui. Et aussi les témoignages du père Abbé d'abord sur sa rencontre personnelle avec Maurice Zundel qui lui a dit et redit d'une voix forte : » la joie, la joie », et ceci par trois fois, ajoutant : « on ne se regarde pas ! », comme dans le testament de Pascal que celui çi portait dans la doublure de son pourpoint et sur lequel était écrit : joie, joie ,joie !

On a été très impressionné aussi par les témoignages personnels de chacun des retraitants en fin de retraite. Manifestement, cette rencontre leur a été très positive, nous étions tous très différents les uns des autres mais on a senti une véritable unanimité dans l'écoute de conférences et d'homélies magnifiques de Maurice Zundel et dans la fraternité qui les animait.

Le père abbé nous a invité tous les deux Bernard et moi à rencontrer la communauté à la salle du chapitre, on a senti, chez eux, combien ils étaient un dans leur prière, durant ces cinq jours.

Nous pouvons joindre notre prière à la leur pour que dans les mois à venir sept postulants les rejoignent comme le père abbé en a exprimé le souhait.

Finale de retraite oubliée

Les exercices spirituels de saint Ignace ont été composés au 16ème siècle. Il est évident que, s'il les composait aujourd'hui, les expressions ne seraient pas les mêmes. Si le dogme chrétien est sujet à de nouveaux développements au cours des siècles, les exercices spirituels le sont nécessairement aussi.

Un nouveau fondement pourrait se dire ainsi : l'homme est créé pour devenir à l'image et selon la ressemblance du Dieu Trinité, pour devenir, avec d'innombrables autres, et en relation vitale avec eux tous, membre du corps mystique du Christ, et par là accéder lui-même à l'égalité avec Dieu. L'homme est devenu alors vivant d'une vie infiniment mystérieuse, vivant de la vie même de Dieu, vivant de Sa vie éternelle qui n'a ni commencement ni fin.

ET la prière finale des exercices, la prière d'offrande parfaite, devra inclure cette relation à l'Eglise et n'être plus seulement un seul à seul avec Dieu. Elle devra exprimer le désir d'être, chacun à sa place, membre vivant du corps mystique, membre relationné vitalement à tous les autres, - sous peine pour l'homme de ne plus être, sous peine de n'être plus rien ni personne ! -, cette relation se manifestant par une attention particulière de tous les instants à l'autre humain en étant attentif à celui qui nous est proche.

Il y a déjà quelque chose de chrétien dans ce désir des jeunes d'aujourd'hui de participer à d'immenses rassemblements, à condition qu'ils tendent à devenir pour chacun, après des siècles et des millénaires, non pas une foule en laquelle on se perd, mais un corps en lequel on se trouve parce qu'il a cessé d'être foule, parce qu'en lui chacun est devenu une personne.

C'est comme si, dans l'humanité, jusqu'à l'achèvement de notre histoire, il y avait tout au long de cette histoire une oscillation entre l‘être-foule à l'instinct grégaire, et l'être-personne dans la vocation personnifiante de chacun, pour qu'un jour, dans combien de siècles ou de millénaires ?, sous le ferment de l'Eucharistie, cette foule devienne un immense corps regroupant l'humanité entière quand chacun aura appris l'être-ensemble en même temps que l'être-seul.

La fonction de l'Eucharistie, la raison pour laquelle le Seigneur l'institue, est d'être l'instrument par excellence de ce devenir-personne de l'humanité entière. Son lien avec l'Eglise lui est consubstantiel. Supprimez ce lien, vous n'avez plus d'Eucharistie, plus de consécration valide !

L'initiative de la retraite à Timadeuc a été prise à la suite de la mort de M. Jackson, elle a provoqué le rassemblement, au moins virtuel, de centaines de millions de jeunes ! notre prière doit voir s'achever la retraite avec l'intense désir que ce soit un jour le Christ qui rassemble l'humanité entière et la personnifie dans Sa divinisation. Notre prière permanente sera désormais dans ce sens.

Prière : "Dieu de l'Univers, Dieu qui ne peut voir chaque homme que dans sa relation à tous les autres en même temps qu'avec toi ! Dieu qui désire ardemment l'égalisation personnifiante de chaque homme avec toi dans le corps mystique de Ton Fils,

Regarde avec immense bonté l'humanité entière, l'humanité d'aujourd'hui, montre-lui de toutes sortes de façon comment nous ne pouvons être heureux que dans cette appartenance, active, à l‘immense Corps mystique de ton Fils ! Et comment l'Eucharistie nous est nécessaire pour vivre cette incorporation, en opérateur toujours en travail de l'unification du genre humain ! Nous te le demandons par le même Jésus-Christ !"

Aussitôt que s'installe dans le cœur de l'homme la générosité du véritable Amour, il est devenu membre vivant de cet immense corps mystique du Christ !

Apprenons sans cesse la nouvelle naissance où l'on ne meurt pas !

En réalité il y a trois naissances de l'homme, la première, éternelle, selon un choix de Dieu dès avant la création du monde, et cette naissance ou plutôt ce choix de Dieu de toute éternité, ne s'actualise qu'avec notre naissance sur la terre, et puis il y a ensuite, en 3ème lieu, ce qu'on appelle la seconde ou la nouvelle naissance, pour nous la plus importante parce que c'est là que nous prenons toute notre importance, notre infinie grandeur, lorsque Jésus-Christ a pris toute la place dans notre vie, lorsque nous sommes devenus membres vivants de Son corps mystique dans une relation d'interaction avec tous Ses innombrables autres membres !

(A reprendre.)

Ajouter un Commentaire

Les commentaires sont modérés avant publication. Les contributions doivent porter sur le sujet traité, respecter les lois et règlements en vigueurs, et permettre un échange constructif et courtois. A cause des robots qui inondent de commentaires publicitaires, nous devons imposer la saisie d'un code de sécurité.

Code de sécurité
Rafraîchir