Suite 4 de la conférence sur l'Eglise-sacrement donnée au Cénacle de Genève en septembre 1969 .

Reprise du texte : « Si Jésus doit rester en Personne, et s'il ne peut d'autre part demeurer visiblement enchaîné aux nécessités de l'univers physique, ce ne pourra être qu'au travers d'une médiation sacramentelle, à travers le signe du ministère apostolique, à travers Pierre, Jacques, Jean, Paul, et les autres, et leurs successeurs en tant que, précisément, tous ces hommes ne comptent pour rien, et qu'ils ne soient plus que les sacrements qui représentent et qui communiquent, je veux dire plutôt qui présentent et communiquent la Présence même de Notre Seigneur. C'est cela qui constitue le mystère de l'Eglise. »

Suite du texte : « C'est cela qui constitue le mystère de l'Eglise, s'il est vrai que Jésus est le second Adam, s'il est vrai qu'il est le grand rassembleur, s'il est vrai que son Humanité est si vaste, si illimitée qu'elle peut embrasser toute l'histoire et être intérieure à chacun de nous, s'il est vrai que Jésus-Christ, par son dépouillement indépassable, peut creuser en nous un espace assez grand pour contenir toute l'Humanité, c'est à condition, justement, qu'il demeu­re avec nous jusqu'à la fin des siècles et qu'on ne transmette pas son souvenir comme un discours, mais qu'on transmette sa Présence et que le discours lui-même soit sans cesse consumé par le Verbe qu'il est.

Et cette vision de l'Eglise, qui est la seule vision de la foi, qui est la vision mystique du Corps mystique - vision tout intérieure - où, à tra­vers les hommes et leurs limites, mais en faisant constamment la soustraction de leurs limites dans la lumière de la foi, on rejoint toujours la Personne mê­me de Jésus-Christ.

L'Eglise dans cette Lumière, et nous ne connaîtrons rien de Jésus-Christ sans cette Lumière et sans cette médiation puisque Jésus-Christ n'a rien écrit. Jésus-Christ avait été enseveli et tout le monde a jugé que c'était fini, Il était mort et enterré, l'aventure avait tourné court ! Ses ennemis se réjouissaient, Ses amis, eux, se désespéraient ! et la Résurrection est un événement confidentiel, ce n'est pas un événement qui a été rendu public comme la crucifixion. La condamnation, la Crucifixion ont été des événements publics, au grand jour de l'histoire profane !

Il faudra que la personne s'éveille, il faudra qu'elle passe à la nouvelle naissance pour exister, et tout cela, ce sera le régime, en quel­que sorte, du Nouveau Testament.

Il y a donc une transformation très profonde que Notre Seigneur d'ailleurs nous rend sensible lorsque, faisant l'éloge de Jean Baptiste, Il affirme que : "le plus grand des Prophètes oui, sans doute, c'est Jean le Baptiste, mais le plus petit dans le Royaume - c'est à dire dans la nouvelle Alliance - est plus grand que lui !" parce qu'il appartient justement à cette alliance fondée sur la liberté de la grâce qui réunit ou plutôt qui suscite les personnes et dans ce Royaume intérieur qui est le Royaume de Dieu, au plus profond de nous-même.

Donc - et c'est cela qu'il faut retenir, parce que c'est capital - la révélation d'un Dieu qui est tout intériorité, qui est un pur dedans, la révélation ne peut se faire qu'à travers le surgissement des personnes, et cette révélation est limitée dans la mesure où cette personnalisation de l'humain, je veux dire cette naissance de la personne en l'homme, dans la mesure où cette naissance est imparfaite et limitée.

La révélation parfaite, elle tiendra à l'Humanité de Notre Seigneur, mais elle est inséparable de Lui, soit parce que la Parole même de Notre Seigneur a été conditionnée par son auditoire, soit parce que cette Parole a été comprise par des hommes limités, comme étaient même les plus fins des Apôtres, soit parce que les temps changeant, il faut dessiner des perspectives nouvelles pour accé­der à cette Révélation, de toute manière, la révélation parfaite tient à la Personne de Notre Seigneur.

Et c'est pourquoi, séparée de cette Personne, elle donne lieu à des commentaires, à des gloses, à des interprétations qui effilochent cette Parole, qui la matérialisent, qui l'adaptent finalement aux limites de chacun. Pour que la révélation de Jésus-Christ demeure, il fallait que Jésus-Christ demeure, et c'est là précisément ce qui constitue le mystère de l'Eglise : Jésus demeure.

Nous en avons la preuve la plus émouvante dans le récit des actes qui nous raconte la conversion de Saul, devenant Saint Paul. Il y a conflit entre deux com­munautés, la communauté d'Israël où Saül est enraciné avec un zèle brûlant, et la com­munauté naissante sous le nom du Christ qui prendra le nom d'Eglise. C'est la rivalité de ces deux communautés qui jette Saül sur le chemin de Damas pour étouffer dans l'oeuf la communauté rivale qui va s'y installer! Et c'est alors qu'il est saisi,, qu'il est foudroyé par la grâce et par l'Amour et qu'il recon­naît dans Celui qui s'empare de lui au plus intime de son être : Jésus ! "Je suis Jésus que tu persécutes". Il reconnaît donc immédiatement que cette commu­nauté qu'il veut détruire, ce n'est pas celle qu'il voit avec ses yeux de chair, que cette communauté, c'est Jésus.

Et voilà tout le mystère de l'Eglise, l'Eglise, c'est Jésus ! Mais bien entendu, et Saint Paul nous le dira, il le dira magnifiquement aux Corinthiens : "Est-ce Paul qui a été crucifié pour vous ? Avez-vous été baptisés au nom de Paul ? Qui est Paul, qui est Pierre, qui est Apollos ? que des serviteurs !" Aussi convaincu qu'il soit de son autorité apostolique comme on le voit dans l'épître aux Galates, aussi certain qu'il soit d'être l'envoyé, l'ambassadeur, le sacrement, le signe vivant du Christ, aussi certain est-il qu'il ne peut ac­complir ce ministère que dans la démission totale de lui-même ! et c'est cela, précisément, qui est la clé du mystère de l'Eglise : si elle est Jésus, c'est à condition que tous ceux qui sont ses membres, les membres de l'Eglise, soient en état de démission absolue.

Nous le voyons si vous le voulez, en bref, dans le chapitre 16ème de Saint Matthieu, quand Jésus, ayant demandé à ses disciples : "Qui est le Fils de l'Homme ?" ou "Que dit-on du Fils de l'Homme?" et qu'il obtient par Pierre l' assentiment de tout le collège apostolique : "Tu es le Christ, Tu es Celui que nous attendons, Tu es le Messie de nos espérances !" Il répond à Pierre : "Tu es Pierre..." et le reste que vous savez par coeur.

Et quelques lignes plus bas, nous voyons que le même Pierre est traité de Satan. Car il est Pierre - c'est un surnom d'ailleurs que lui a donné Jésus -, il n'est Pierre que pour cesser d'être lui-même, Simon, fils de Jean. Quand il redevient Simon, fils de Jean, il est Satan ! Quand il veut faire ses affaires et détourner le Christ de Sa vocation qui est de mourir, quand il refuse d'accepter comme il est naturel, d'accepter que la Toute-Puissance qu'il croit être une es­pèce de puissance magique qui agit comme matériellement, quand il refuse d'admet­tre que cette Puissance d'Amour, qu'il ne connaît qu'à peine, puisse se manifester dans l'échec et dans la crucifixion - et on le comprend puisque nous avons telle­ment de peine nous-même à vivre ce mystère - il est Satan. C'est à dire : il est celui qui s'oppose au dessein de Dieu, car il n'est Pierre que lorsqu'il cesse d'être lui-même, que lorsqu'il est en état de totale démission.

Et justement, c'est cela qui est la charnière du mystère de l'Eglise. La mission dans l'Eglise s'accomplit par une radicale démission. Et quand cette démission ne s'accomplit plus, nous n'avons plus affaire à l'Eglise, mais à Simon, fils de Jean, qui trahit sa mission, qui n'a plus aucune autorité, qui est un pécheur comme nous-mêmes, et qui n'a plus aucune espèce de communication à nous faire parce qu'il s'est mis lui-même hors du circuit.

Et l'Eglise-mission est en état de démission, mais pour nous communi­quer l'intégralité de Jésus-Christ car, encore une fois, il ne s'agit pas de nous transmettre un discours, de nous transmettre des mots : autant en emporte le vent ! même les mots les plus beaux! ils finissent pas s'user, et quand ils sont commentés, ils s 'effilochent et il n'en reste bientôt plus que l'écorce.

Pour avoir l'intégralité de la révélation dans l'intimité de Dieu qui est la Lumière même qui rayonne de la Personne de Jésus-Christ, il nous faut Jésus-Christ en personne. Et, puisque Jésus-Christ ne peut normalement persister à vivre au coeur de notre humanité visible, puisque d'ailleurs Il appartient à l'univers de la résurrection, qui certainement Lui permet de Se manifester dans l'univers mais qui fait qu'il n'en dépend plus, Il n'est donc plus dans le circuit où nous sommes nous-mêmes enracinés. »

Ajouter un Commentaire

Les commentaires sont modérés avant publication. Les contributions doivent porter sur le sujet traité, respecter les lois et règlements en vigueurs, et permettre un échange constructif et courtois. A cause des robots qui inondent de commentaires publicitaires, nous devons imposer la saisie d'un code de sécurité.

Code de sécurité
Rafraîchir