L'Eglise, sacrement de Jésus-Christ.

Cénacle de Genève, 21 septembre 1969.

Début de l'instruction.

Dieu ne peut se révéler qu'à travers une intimité humaine qui l'accueille et Le laisse transparaître.

Le mystère le plus profond, le plus inviolable est celui de la personne.

Dieu est personne entièrement, totalement, infiniment.

« Parce que Dieu est une intimité, parce qu'il est un pur dedans, comme Augustin le dit : "Tu étais dedans, j'étais dehors...", Dieu n'est connaissable que par notre intimité. Autrement dit, Dieu ne peut Se révéler dans sa réalité profonde, dans son intimité pure, qu'à travers une intimité humaine qui l'accueille et Le laisse transparaître. Ceci a une importance capitale parce que le sens même de la révélation dépend de cette perspective.

Et d'ailleurs rien n'est plus facile à saisir puisque c'est ce qui se passe dans toutes les relations interpersonnelles. Nous ne connaissons une intimité humaine que dans la mesure où nous ouvrons la nôtre. Et c'est cet accueil intérieur qui détermine la connaissance et le niveau de la connaissance : "On connaît autant qu'on aime". On connaît autant que l'on se donne, et quand on n'aime plus, on ne connaît plus ! J'entends dans cet ordre interpersonnel où il s'agit précisément d'aborder le mystère le plus profond et le plus inviolable qui est celui de la personne - et Dieu se situe justement éminemment et d'une manière unique, dans cet univers interpersonnel.

Dieu est Personne entièrement et totalement et infiniment ! Nous, nous ne sommes des personnes que par intermittence, nous retombons toujours dans ce vieux fonds de notre nature biologique, animale ou cosmique ! Pour Dieu, la personnalité, c'est l'expression totale de Lui-même dans la circulation de toute la Lumière, et de tout l'Amour qu'il est, entre le Père, le Fils et le Saint-Esprit.

Et c'est ça qui nous donne justement, immédiatement, la perspective de la révélation, la révélation ne peut se faire jour qu'à travers une humanité qui se transforme. C'est dans la mesure où une humanité se transforme, s'intériorise, devient davantage "personne", que l'intimité de Dieu se reflète, se « christmatise » (se prismatise ?) et se communique. Si bien qu'on voit a priori, c'est à dire d'avance et en principe, on voit que, dans la mesure où cet accueil de l'homme à Dieu est limité, il limite forcément le témoignage qu'il rend.

Vous pouvez prendre dans Jérémie, vous avez dans Jérémie des choses admirables, vous avez des cris inoubliables et qui traverseront les siècles ! et, en même temps, vous avez cette prière de Jérémie pour la destruction de ses ennemis qui est loin d'entrer dans l'esprit du Nouveau Testament où, justement, le Christ prie pour ses ennemis en demandant au Père de leur pardonner parce qu'ils ne savent pas ce qu'ils font.

Donc la Révélation, et c'est ça qui nous donne la clé de la Bible, la révélation est proportionnelle à cette ouverture de l'homme, à cette libération de l'homme qui laisse passer l'intimité de Dieu dans la mesure où l'homme s'est ouvert à elle ! Mais comme jamais aucun homme n'a été assez parfait pour ne pas limiter Dieu en étant limité lui-même, la révélation sera toujours imparfaite jusqu'à ce que nous arrivions à l'humanité parfaite, qui est l'Humanité de Jésus-Christ.

C'est en Jésus-Christ que la Révélation atteindra son sommet, parce qu'en Jésus-Christ l'humanité est totalement libérée d'elle-même, parce qu'elle est radicalement enracinée dans la personnalité du Verbe, dans la pauvreté qui constitue cette personnalité dans son dépouillement éternel et infini, et c'est pourquoi l'Humanité de Jésus-Christ est expropriée d'elle-même, est libérée d'elle-même, à un degré infini, indépassable ! Aucune humanité ne présentera jamais cette transparence qui permettra à Dieu de s'exprimer en Personne à travers elle sans rencontrer de limite.

Mais cela est évident, si la révélation suppose une transformation dans l'homme, une purification de l'homme, une libération de l'homme, et si cette libération est parfaite et totale en Jésus-Christ, la révélation ne peut pas se séparer de cette Personne. La révélation ne tient pas aux mots dans leur matérialité, la révélation tient à l'éclairage intérieur qui vient de la parole, justement du dépouillement de l'homme. » (À suivre)

Note (1). Le plus souvent pour les chrétiens et même, semble-t-il, pour l'Eglise officielle, la révélation, c'est le contenu de l'Ecriture ! Ca l'est réellement bien sûr puisque l'Ecriture ne nous parle finalement que de Jésus-Christ qui s'identifie donc à la révélation.

Ajouter un Commentaire

Les commentaires sont modérés avant publication. Les contributions doivent porter sur le sujet traité, respecter les lois et règlements en vigueurs, et permettre un échange constructif et courtois. A cause des robots qui inondent de commentaires publicitaires, nous devons imposer la saisie d'un code de sécurité.

Code de sécurité
Rafraîchir