Suite 5 et fin de la 4ème conférence au cénacle de Paris en 1971.

« L'Eglise est un mystère de foi, c'est un mystère d'amour et, s'il y a une Eglise hiérarchique, c'est une Eglise servante, une Eglise servante qui ne peut rien, qui n'a d'autre mission que de communiquer Jésus dans l'effacement total d'elle-même.

C'est pourquoi je ne me sens pas personnellement prisonnier de ces structures dont on parle tant, parce que je ne les perçois même pas. Ce que je vois dans l'Eglise, c'est un sacrement auquel je participe à ma manière, un sacrement dont je fais l'expérience dans mon ministère avec la certitude que ce n'est pas moi mais Lui.

Il s'agit donc pour nous d'intérioriser notre regard, de passer du dehors au dedans, d'entrer dans le feu de la Pentecôte, de revivre ce premier départ où la communauté naît précisément de ce passage du dehors au dedans et reconnaît qu'elle est transformée, qu'elle est habitée par la Présence même du Seigneur.

Sans doute, tous les chrétiens ont la mission d'être témoins, c'est une mission consubstantielle à la foi, chacun de nous est chargé du Christ dans son histoire personnelle, les apôtres aussi bien que nous-mêmes et les laïcs aussi bien que les prêtres. Tous à cet égard nous avons la même mission, tous à cet égard nous sommes logés à la même enseigne, nous n'avons que notre vie pour témoigner. C'est dans la mesure de notre vérité, de notre authenticité, de notre générosité, que le Christ se communiquera, mais chacun de nous n'a pas cette même délégation apostolique de communiquer au-delà de ce qu'il est, au-delà de ce qu'il ne pourra jamais atteindre, ce Christ total, ce Christ toujours vivant qui est offert à chaque âme pour qu'elle puisse puiser à la source même sa vie la plus profonde.

C'est pourquoi en face de toutes ces contestations, je pense qu'il faut revenir à ce silence intérieur d'où procèderont toutes les réformes parce que tout ce qui est caduque tombe de soi-même finalement

La foi n'est pas dupe, la foi est clairvoyante, la foi va au bout puisqu'elle est la lumière de Dieu au coeur de notre cœur, et elle ne peut viser qu'à retrouver le Seigneur Lui-même et, là où ce n'est pas le Seigneur, ce n'est pas l'Eglise, cela n'a plus d'intérêt pour elle.

Beaucoup de prêtres sont déconcertés, sont déchirés, ils ont l'impression d'être dévalorisés dans une fonction inutile : si les prêtres retrouvaient ce sentiment, cette conviction de ce que, ce qu'ils ont à donner, ce n'est pas seulement un enseignement sur le Christ, ce n'est pas seulement un écho de Ses paroles adaptées à des situations d'ailleurs limitées, mais ce qu'ils ont à donner, c'est Jésus en personne, ils ont à offrir cette chance à chacun de rencontrer le Christ éternelle­ment vivant ! et justement, dans la consécration, dans l'absolution, comme dans tous les sacrements, ils sont là uniquement eux-mêmes les sacrements vivants pour communiquer cette Source éternelle de Vie. C'est plus important que tout.

Bien sûr, cela ne fait pas de bruit, cela ne donne pas lieu à de grands affichages, cela ne peut s'accomplir que dans une vie toujours plus centrée sur le Seigneur ! Mais quoi de plus beau si l'on est chrétien que d'être porteur dans tout son être et, au-delà infiniment de ce que l'on est et de ce que l'on peut, c'est d'être le porteur de la Source éternelle de Vie.

C'est pourquoi nous avons à retrouver en nous le respect de la hiérarchie apostolique, le respect du sacerdoce non pas, bien entendu, pour restreindre notre liberté, mais pour la trouver toujours plus complète puisque tout contact avec le Christ ne peut aboutir qu'à une plus profonde libération.

Je pense que, si nous revivons ce soir un instant le mystère de l'Eglise naissante, si nous voyons ces hommes timorés surgir et partir à la conquête du monde avec les pauvres moyens qui sont les leurs jusqu'à ce que l'empire romain lui-même soit ébranlé et que la Croix du Christ devienne l'emblème de l'empire, peut-être pour son malheur, j'entends pour le malheur de la Croix, mais en tous cas, il est impossible de ne pas voir que c'est à ce moment-là que se situe le grand départ dans cette identification de la communauté naissante avec Jésus Christ.

Et c'est bien cela pour la foi, l'Eglise, l'Eglise mystique, l'Eglise intérieure, l'Eglise-sacrement pour la désigner mieux, c'est bien cela qu'on affronte, l'Eglise-sacrement, ce n'est que cette présence adorable du Seigneur qui vient à nous et nous offre chaque jour de recommencer et de créer avec Lui un univers toujours inachevé remis entre nos mains et que nous devons créer aujourd'hui. »

(fin de la 4ème conférence)

Note en fin de lecture de cet enseignement sur l'Eglise : il n'est pas immédiatement intelligible ! si le Père Paul nous a dit n'avoir d'abord presque rien compris à l'enseignement de Zundel, comment penser que nous, nous allons d'emblée en percevoir la profondeur ? D'abord Zundel déconcerte et nous sommes tous d'abord incapables de comprendre ! après tout n'est-ce pas normal puisqu'il s'agit des « choses » de Dieu, d'un Dieu que personne n'a jamais vu, et que personne ne peut comprendre ! parce qu'il dépasse infiniment tout ce que l'homme peut seulement imaginer.

Prenons davantage conscience de ce qu'ici il s'agit d'une « chose » très importante, la sacramentalité du prêtre, la sacramentalité de l'Eglise, qui signifient que le prêtre n'est qu'un signe, et que ce qu'il signifie et qui le dépasse infiniment, c'est la personne même du Christ, que toute son importance et sa grandeur lui vient de Celui qu'il rend présent.

« L'Eglise-sacrement, ce n'est que cette présence adorable du Seigneur qui vient à nous et nous offre chaque jour de recommencer et de créer avec Lui un univers toujours inachevé remis entre nos mains et que nous devons créer aujourd'hui. »

Prière : Jésus, tu viens à nous chaque jour et à chaque instant, chaque jour tu nous offres de recommencer ! Chaque jour tu nous offres de créer avec toi un univers inachevé ! Tu le remets entre nos mains et nous avons à le créer aujourd'hui ! Apprends-nous comment faire ! apprends-nous la fidélité à notre vocation d'homme et de prêtre ! Apprends-nous comment donner à chacun cette chance de te rencontrer dans ton Eglise, toi, le Christ, éternellement vivant dans le cœur de Dieu Trinité, avec le Père et l'Esprit ! Amen

Ajouter un Commentaire

Les commentaires sont modérés avant publication. Les contributions doivent porter sur le sujet traité, respecter les lois et règlements en vigueurs, et permettre un échange constructif et courtois. A cause des robots qui inondent de commentaires publicitaires, nous devons imposer la saisie d'un code de sécurité.

Code de sécurité
Rafraîchir