2ème jour de retraite, 3ème rencontre, note.

La conversion d'Augustin peut devenir le modèle de la nôtre. Cette conversion s'opère dans la libération de soi-même pour reconnaître le Dieu tout amour et nous conduisant à l'amour. Cette conversion va s'opérer dans un pas­sage décisif du dehors au dedans, de l'extériorité à l'intériorité, de l'absence à la présence, elle est déjà commencée dans cette prière "pour que grandisse en nous l'homme intérieur".

L'homme intérieur, l'homme intériorisé, n'est pas essentiellement celui qui a l'habitude de se recueillir et pénétrer en lui-même, mais celui qui se trouve, qui se découvre, à l'intérieur d'un Autre ... Le but cherché n'est plus tant l'intériorité pour elle-même que l'inté­riorité dans un Autre, cet Autre étant Lui-même intérieur à nous-même : il s'agit d'accéder à cette intériorité réciproque qui est celle-là même de chaque Personne divine au sein de la Trinité.

C'est alors que s'accomplit cette nouvelle naissance qui n'est plus comme la première une sortie à l'extérieur du ventre de notre mère, mais bien maintenant une naissance à l'intériorité réciproque proprement divine.

Il nous faudra sans doute lire et relire le texte « sité » hier qui peut paraître difficile, mais qui pourtant offre une perspective dans laquelle même les enfants sont facilement capables d'entrer : il faut donc leur faire entrevoir Dieu comme le secret le plus profond de notre vie intérieure, ce qui est infiniment davantage que de leur dire simplement que Dieu est partout, et particulièrement dans leur coeur.

Avec les enfants, comme avec nous-même, nous avons à entrevoir Dieu comme le secret le plus profond de notre vie intérieure, et non pas un Dieu posé là dans notre cœur comme dans un fauteuil ! mais un Dieu Père éternellement en accomplissement de la naissance du Fils et, avec le Fils qui « vient de naître, en accomplissement du jaillissement de l'Esprit. Car le Père n'est que dans ce double accomplissement éternel.

Si vous demandez à une jeune fille si elle connaît bien son fian­cé et qu'elle vous répond en vous donnant son poids, sa taille, la couleur de ses yeux et sa pointure, il vous sera immédiatement évident qu'elle n'a aucunement répondu à votre question, même si elle n'a dit que des choses tout à fait exactes. Il peut y avoir aussi une connaissance toute extérieure de Dieu si l'on se contente de dire qu'il est infiniment grand, éternel et tout-puissant et qu'il sait tout, et bien d'autres choses incontestables, mais ce n'est aucunement parce qu'on a énuméré les caractéristiques extérieures divines qu'on a commencé a connaître Dieu : on ne commence à Le connaître que lorsqu'on commence à L'aimer, et on ne commence à L'aimer que dans la mesure où l'on a commencé à sortir de soi pour aller, libé­ré de soi, à Sa rencontre.

On peut prendre ici la suite de l'entretien de Jésus avec la samaritaine en Jean 4, 16 et suivants.

Cette femme n'a encore fait aucune expérience libératrice, elle est donc incapable de rencontrer le Seigneur, et voici que maintenant elle commence à Le reconnaître et rencontrer disant aux siens : "Ne serait-ce pas le Messie ?" Elle savait, elle, non juive, que le Messie devait venir et annoncer tout, et Jésus lui a dit :"le Messie, c'est Moi qui te parle."

Mais avant cette déclaration de Jésus et ce début de reconnais­sance, Jésus a du lui dire cette parole pleine d'un nouvel ensei­gnement sur Dieu, et dont la nouveauté échappe encore à beaucoup aujourd'hui : "L'heure vient où ce ne sera ni sur cette montagne ni à Jérusalem que vous adorerez le Père ... L'heure vient où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité, et ce sont ces adorateurs que réclame le Père : Dieu est esprit et ses adorateurs doivent L'adorer en esprit et en vérité», ce qui veut dire : Dieu est intériorité, "Dieu est un Pur Dedans", comme le dira souvent M. Zundel. Cette intelligence et percep­tion du Dieu intérieur, pour nous comme pour Augustin, est au fondement de toute expérience libératrice.

Et il est probable que les samaritains venus écouter Jésus à l'appel de cette femme, ont commencé à faire eux aussi une expérience semblable, eux qui vont proclamer : "Nous savons mainte­nant qu'il est vraiment le Sauveur du monde." (Jean, 4, 42)

Prière :

Père infiniment bon, Tu n'es vivant que vivant dans ton Fils !

Père infiniment bon, secret le plus profond de toute vie intérieure, donne-nous d'aller jusqu'au fond de nous-même parce que nous serons entrés en Ton intériorité ! Apprends-nous l'expérience libératrice : qu'en nous l'homme intérieur naisse et grandisse Te rencontrant en rencon­trant Ton Fils ! Apprends-nous la véritable adoration de Dieu en esprit et en vérité !

Père infiniment bon, que je me trouve en Toi comme en Ton Fils ! Que je me connaisse et que je Te connaisse ! Qu'enfin je respire la vraie liberté, qu'enfin je connaisse ma vraie dignité dans la joie de la nouvelle naissance en et par Ton Fils !

Vierge Marie, Mère de Dieu et des hommes, la première, tu as donné au monde le Fils de Dieu, la lumière de tout homme, ap­prends-nous comment aimer pour qu'à travers nous cette Lumière transparaisse et illumine l'humanité entière !

Ajouter un Commentaire

Les commentaires sont modérés avant publication. Les contributions doivent porter sur le sujet traité, respecter les lois et règlements en vigueurs, et permettre un échange constructif et courtois. A cause des robots qui inondent de commentaires publicitaires, nous devons imposer la saisie d'un code de sécurité.

Code de sécurité
Rafraîchir