Note pour la 2ème rencontre du 1er jour.

On peut lire ici dans l'Evangile de Jean l'entretien de Jésus avec le pharisien Nicodème (Jean, 3, 1-21).

Dans le prologue Jean nous disait que ceux qui reçoivent le Verbe .. ne sont pas nés de la chair du sang mais de Dieu. Jean reprend ce thème dans cet entretien.

M. Zundel a raconté maintes fois ce récit, il aimait souligner comment Jésus "coupe sa révérence" à Nicodème dès le début de leur entretien, il y a, ainsi manifestée, une sorte de coupure radicale entre ce que pense Nicodème, et beau­coup parmi nous?, ET la pensée de Jésus. Nicodème pense "selon la chair", Jésus pense "selon l'Esprit", et d'emblée parle de la nécessité d'une nouvelle pensée selon l'Esprit, de la nécessité d'une nouvelle naissance: "En vérité, en vérité, je te le dis, nul, s'il ne naît d'en-haut, ne peut voir le royaume de Dieu. .. Nul, s'il ne naît de l'eau et de l'Esprit, ne peut entrer dans le ro­yaume de Dieu."

Ces paroles de Jésus suscitent un grand étonnement chez Nicodème parce que Nicodème est enco­re incapable d'imaginer une autre naissance que celle, extérieure, de l'enfant qui quitte le sein maternel. Jésus a relevé bien entendu cet étonnement et l'invite à le dépasser et à commencer à comprendre l'Esprit et son mystère: l'Esprit ne Se VOIT pas, comme le vent dont on ne peut savoir ni d'où il vient ni où il va. Et alors Ni­codème qui ne comprend plus rien pose la question du comment. Jésus ne lui a pourtant encore parlé que des choses de la terre, de l'eau, du vent, et de leur mystère : comment, si jusque là il n'a pas compris les choses de la terre et leur mystère, comment alors pourra-t-il croire les choses du ciel, l'élévation de Jésus sur la Croix et sa "montée" au ciel, afin que tout homme qui croit en Lui ait la vie éternelle ?

Nicodème est le premier ensuite à recevoir ces extra-ordinaires et merveilleuses paroles de Jésus: "Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils Unique..." Et Jésus achève cet entre­tien sur une reprise du prologue: "Les hommes ont préféré les ténè­bres à la Lumière."

Nous avons maintenant à penser selon l'Esprit, nous avons à naî­tre nouvellement selon l'esprit, selon une nouvelle intelligence de toutes les "choses" selon l'Esprit de Dieu. Et cela entraîne une nouvelle façon d'"apprécier" les dogmes que nous propose l'Eglise, nous avons à les apprécier selon l'intériorité de l'Esprit en nous, et cette nouvelle "appréciation" nous les fera vivre comme actuels.

Finalement ce qui est du passé en chaque mystère de notre foi, c'est, si l'on peut dire, son extériorité, c'est la façon dont il s'est manifesté dans l'histoire des hommes. Mais son sens profond, qui a provoqué cette "inscription" dans cette histoire, la domine toute entière et agit tout au long du déroulement de cette histoire, et l'événement constitué par chaque mystère est d'une actualité permanente dès le début et jusqu'à la fin de cette histoire. Mais seul l'homme intérieur, l'homme né selon l'Esprit et l'intériorité, peut le com­prendre et le vivre, et plus ou moins profondément suivant la profondeur de son intériorité.

Jésus dans son enseignement lie l'ex­tériorité aux ténèbres : les ténèbres sont toujours les ténèbres extérieures, la lumière brille dans ces ténèbres mais les ténèbres sont incapables de la recevoir, justement à cause de cette extériorité en laquelle les ténèbres ont leur milieu naturel. La lumière ne peut pas éclairer l'homme extérieur à lui-même et vivant toutes les réalités dans et selon leur extériorité.

Nous sommes "dehors", dans les ténèbres extérieures, dans la mesure où nous nous laissons aller comme Augustin avant sa conversion.

Demandons avec saint Paul que l'homme intérieur se renouvelle en nous pour pouvoir comprendre et vivre les mystères de Dieu : que nous naissions de l'Esprit, de cette se­conde et nouvelle naissance dont le germe a été déposé en nous le jour de notre baptême, il ne se développera que dans la mesure où nous vivrons selon l'intériorité de l'Esprit et de notre esprit en nous.

Ajouter un Commentaire

Les commentaires sont modérés avant publication. Les contributions doivent porter sur le sujet traité, respecter les lois et règlements en vigueurs, et permettre un échange constructif et courtois. A cause des robots qui inondent de commentaires publicitaires, nous devons imposer la saisie d'un code de sécurité.

Code de sécurité
Rafraîchir