Balbutiements, à reprendre.

A propos du fondement de la retraite spirituelle. On ne peut que balbutier quand on tente d'entrer dans le mystère de la sainte Trinité. Il dépasse tout ce que l'homme en peut dire, mais l'important est d'être en direction de la vérité trinitaire de notre Dieu, ce à quoi on espère tendre ici.

Le fondement des exercices de Saint Ignace fait ressortir dès son début la nécessaire relation de l'homme à Dieu du fait qu'il est créé par Dieu. On peut se permettre, 5 siècles après que ces exercices ont été composés, d'en tenter un développement, sans prétention et accréditation pour cela, simplement à la suite d'une longue fréquentation de la pensée de Zundel.

L'homme est créé à l'image et selon la ressemblance du Dieu Trinité, Père, Fils et Esprit. Si, comme on peut le penser, la volonté de Dieu, dont on demande dans le Pater qu'elle soit faite, consiste essentiellement, voire uniquement en l'engendrement-portement-naissance du Fils par le Père Et en le jaillissement de l'Esprit, du Père et du Fils (a Patre Filioque), toute création divine doit être située à l'intérieur de cet engendrement et de ce jaillissement, à tel point qu'on peut même penser que la création toute entière est à penser à l'intérieur de cet éternel engendrement et jaillissement, et comme en faisant partie. Rien ne peut être pensé en dehors, à l'extérieur de l'accomplissement de cette double éternelle volonté divine trinitaire, qui éternellement constitue, « construit », si l'on peut dire, le Dieu Trinité.

Dieu est Amour, et, si l'on commence à comprendre que le véritable amour ne peut pas supporter que celui qu'il aime lui reste inférieur, on peut commencer à comprendre que le projet de Dieu quand il crée l'homme ne peut être que de le rendre égal à lui-même, mais de la façon même dont en la Trinité divine chaque Personne égale Dieu, c'est-à-dire par le don parfait de soi-même, dans l'oubli de soi pouvant, devant même aller jusqu'à l'anéantissement. Alors on peut dire : l'homme est créé pour devenir l'égal de Dieu, comme en le Dieu Trinité chaque Personne divine « devient » éternellement ce qu'elle est, le parfait égal de l'Autre.

Pour l'homme cette égalisation ne pourra s'effectuer que dans le Corps mystique du Christ, parfaite épouse de celui-ci, appelée donc à être assise elle-même à la droite du Père en et par cette Humanité du Christ créée dans le sein de Marie, conçue par elle, naissant d'elle, souffrant, mourant et ressuscitant et montant aux cieux pour cette « session » à la droite de ce Père, donc alors en parfaite égalité avec Lui en même temps que sa devenue parfaite épouse.

Toute l'histoire de l'incarnation rédemptrice du Fils de Dieu peut être vue comme une façon, non nécessaire et pourtant l'étant, pour ce Fils, d'être éternellement engendré par lui ET pour l'Esprit de jaillir éternellement du Père et du Fils, plus précisément de jaillir de cet engendrement lui-même dont il peut être vu en même temps l'opérateur.

Dans cette perspective est gardée la parfaite intériorité de notre Dieu: tout se passe éternellement en Lui et par Lui. ET si l'incarnation rédemptrice n'ajoute rien à Dieu, mais seulement le révèle tel qu'Il est, c'est parce qu'elle est contemporaine, si l'on peut dire, de l'éternité divine, n'ajoutant donc absolument rien en elle quand elle s'accomplit.

Cette perspective nous immerge parfaitement en le Dieu Trinité. Nous avons chacun à devenir membre du Corps mystique, à adopter et vivre les éternelles mœurs trinitaires, et l'homme ne pourra connaître le vrai bonheur qu'en ce vécu qui est le vécu du parfait don de soi, parfaitement révélé par Jésus se faisant homme au moment « crucial » de son passage au Père.

On comprend alors comment l'homme est créé, et racheté, pour devenir en son intériorité le sanctuaire même, le paradis où le Père va engendrer, porter et faire naître le Fils, et d'où l'Esprit va jaillir sur l'humanité entière. En un sens Dieu ne sait pas faire autre chose que cet engendrement-portement-naissance et ce jaillissement, et Il ne peut que vouloir l'accomplir en sa créature s'il l'aime vraiment et pour la rendre égale à Lui. Eternellement nous avons à laisser le Père engendrer, porter en nous et faire naître en nous le Fils et à laisser l'Esprit en jaillir, et le sacrement de l'Eucharistie, sacrement de l'offrande parfaite du Fils, nous est donné pour accomplir cette fin. ET si, comme le dit et redit l'Evangile, Jésus meurt sur la Croix pour la rémission des péchés, - et le pouvoir sacramentel de cette rémission sera en premier remis aux apôtres le jour même de Pâques -, c'est justement parce que le péché empêche ou du moins contrarie cette habitation divine. Le péché contrarie le bonheur de Dieu qui est de vivre sa « trinitarité » même en le cœur de l'homme. D'où l'importance première du « culte » de notre intériorité, l'importance capitale que grandisse en nous sans cesse l'homme intérieur. C'est extrêmement important si cet intérieur de l'homme doit devenir le sanctuaire même du Dieu Trinité en lequel Dieu veut accomplir ce qui fait qu'éternellement Il est Dieu, et si Dieu ne peut l'accomplir à son aise que si cet intérieur devient parfaite intériorité, en même temps que réponse parfaite à l'amour de Dieu: notre cœur est fait pour aimer Dieu aussi bien que l'homme, l'un en l'autre, et de la façon de l'Amour en le Dieu Trinité. Et toute retraite spirituelle est pour faire grandir en nous l'homme intérieur.

... Et il ne faudrait pas oublier qu'il n'y a de présence réelle de Dieu, même en l'Eucharistie, que du Père engendrant le Fils et de l'Esprit jaillissant de l'engendrant et de l'engendré. Il y a une harmonie parfaite entre la façon du passage du Fils au Père et l'éternelle façon du Fils en la Trinité naissant du Père, s'accordant, si l'on peut dire, parfaitement à la façon du Père l'engendrant dans le parfait don de lui-même. L'homme intérieur grandit en nous dans la mesure de notre amour toujours en forme de don.

Ajouter un Commentaire

Les commentaires sont modérés avant publication. Les contributions doivent porter sur le sujet traité, respecter les lois et règlements en vigueurs, et permettre un échange constructif et courtois. A cause des robots qui inondent de commentaires publicitaires, nous devons imposer la saisie d'un code de sécurité.

Code de sécurité
Rafraîchir