Introduction intégrale, rédigée par le Père de Boissière, pour le livre "VIVRE DIEU" édité aux presses de la Renaissance en 2007. (suite n°13)

Mais ce n'est pas seulement dans le cœur des saints qu 'il veut renaître toujours jeune, c 'est aussi dans le nôtre.

Et si nous avons compris la condition même d'une relation vivante et la nécessité pour elle de se faire jour à travers un visage humain, nous comprendrons que nous aussi nous entrons dans ce circuit de la lumière et de l'amour, que notre vocation est de poursuivre et de concrétiser cette révélation de Jésus pour les êtres qui nous entourent, pour notre famille, pour notre quartier, pour notre cité... enfin pour le monde de nos contemporain. Car les enfants de votre foyer, les habitants de votre maison ou de votre quartier, les concitoyens de votre ville ou de votre canton, les contemporains de cette époque, ils ne peuvent normalement comme tout être humain reconnaître le visage de Dieu qu'à travers un regard humain qui s'illumine, qui s'ouvre, qui a prise sur leur intimité et qui tout d'un coup leur rend sensible cette présence divine qui est la vie de notre vie.

Et nous ne pourrions pas comprendre le rôle essentiel des prophètes, des génies et des saints, si nous n'en concluions immédiatement que nous avons à assumer nous aussi notre part dans cette immense symphonie de lumière et d'amour, et que notre vocation de chrétien, c'est précisément de révéler, chacun à notre manière, le visage éternel du Christ Jésus.

Notre Seigneur, en effet, depuis son ascension, ne peut plus apparaître sur le plan de l'histoire avec un visage qui lui soit propre. Il a quitté le plan visible de l'histoire tout en étant parmi nous, au dedans de nous, tout en poursuivant comme le pèlerin d'Emmaus le pèlerinage de notre vie, tout en étant constamment sur tous les chemins de la terre pour nous accueillir dans les abîmes de son amour ! Le Christ pourtant dans l'ordre actuel de l'histoire ne peut plus être vu. Si donc il doit recouvrer un visage visible, comme il est nécessaire pour être reconnu par les hommes d'aujourd'hui, ça ne peut être finalement que notre visage.

Comment les enfants connaîtraient-ils Dieu et la paternité de Dieu, et sa tendresse infiniment maternelle, sinon à travers le visage de leurs parents ! Ce sont les parents qui seront les premiers prêtres de l'enfant, et ils le seront plus qu 'aucun prêtre ne le sera jamais ! Car c'est avec eux, justement, que, sans parole, au delà des mots impuissants à dire l'ineffable, c'est la lumière, c'est le rayonnement de leur propre personne qui atteindra dans l'âme de l'enfant ces profondeurs insondables, et qui donneront à l'enfant ce sens d'une présence aimante qui ne cessera jamais de luire au plus intime de lui-même..

Car quoique nous fassions, que vous soyez dans un bureau, dans un atelier, dans un magasin, sur une place publique, dans une réunion électorale, comme au sein de votre foyer, partout où vous êtes et quoi que vous fassiez, partout, nous sommes chargés de Dieu.

Et, sans doute, nous n 'avons pas à le prêcher car, moins on en parle, mieux ça vaut : en parler, c 'est toujours le limiter et c 'est presque toujours une caricature ...mais nous pouvons et nous sommes appelés à prêter à Dieu notre visage, notre sourire, notre accueil, notre bonté, notre amitié, toutes ces choses vivantes qui atteignent le cœur de l'homme, qui transfigurent la vie , qui lui donnent toutes ses dimensions. Car qu 'est-ce qu 'une vie humaine qui n 'est pas éclairée par le soleil de la bonté et de la tendresse ? Qu'est-ce qu'une vie humaine qui ne peut pas compter sur un sourire ? Qu 'est-ce qu 'une vie humaine qui ne peut pas s'échanger avec une autre ? Sinon une vie vouée au désespoir et à la révolte.

Et c 'est à cela, justement, que nous voulons appliquer ce matin notre pensée. Comme c'est plus intéressant, plus beau, plus digne de nous , d'avoir la charge de Dieu et non pas la nôtre. Ce crédit que Dieu nous fait en nous remettant son Evangile, c 'est à dire lui-même entre nos mains ! Cette ambassade que nous avons à accomplir, cette incarnation qui se poursuit à travers nous, ce visage du Christ qui veut se révéler et se manifester à travers le nôtre, comme c'est exaltant et magnifique !

Ainsi nous n'avons pas à étaler nos plaintes, nous n'avons pas à faire état de nos humeurs, nous n'avons pas à accroître notre désespérance en la communiquant aux autres, nous avons cette mission formidable à remplir : d'être pour nos contemporains le visage vivant de Jésus-Christ..

C 'est par là que nous entrerons nous-mêmes dans la lignée de ces grands témoins que nous saluons et que nous vénérons aujourd'hui, non pas simplement pour commémorer les héros d'une histoire passée, mais pour prendre la suite, parce que telle est notre vocation, parce que nous sommes envoyés, parce que le Christ nous attend, parce que c'est aujourd'hui, à travers nous, qu'il veut manifester son éternelle jeunesse et son inépuisable amour... » à suivre..

Ajouter un Commentaire

Les commentaires sont modérés avant publication. Les contributions doivent porter sur le sujet traité, respecter les lois et règlements en vigueurs, et permettre un échange constructif et courtois. A cause des robots qui inondent de commentaires publicitaires, nous devons imposer la saisie d'un code de sécurité.

Code de sécurité
Rafraîchir