Introduction intégrale, rédigée par le Père de Boissière, pour le livre "VIVRE DIEU" édité aux presses de la Renaissance en 2007. (suite n°5)

Au début des « Exercices Spirituels » de Saint Ignace, on peut lire: « Ce n'est pas d'en savoir beaucoup, qui satisfait et rassasie l'âme, mais de sentir et goûter les choses intérieurement. » (2ème annotation).

« ...laisser le Créateur agir sans intermédiaire avec sa créature, et la créature avec son Créateur et Seigneur. » (15eme annotation).

Ainsi les « Exercices » ne sont pas un livre à lire par le retraitant, du début jusqu'à la fin, avec un maximum d'attention continue, mais beaucoup plus comme un menu à la carte, en fonction des dispositions de désir et d'ouverture de chacun suivant une logique intérieure .à découvrir et à manifester. L'effort doit porter à chaque instant sur la qualité de la présence personnelle demandée pour le Seigneur. Et ce sera le résultat imprévisible et mystérieux d'une rencontre intérieure, au cours des exercices.

Ces remarques très importantes s'appliquent de la même façon au lecteur éventuel de ce nouveau livre qui se propose d'être une suite de la récente biographie de Maurice Zundel parue en mai 2004. Celle-ci a tout de suite joui d'un très grand succès. La preuve en est son prix 2004 Siloë, attribué à la quasi unanimité par la soixantaine de librairies Siloë,.ainsi qu'un très grand nombre de lettres enthousiastes. En voici une :

Le 1.9.04 Mon Père,

« J'ai lu avec un intérêt passionné votre livre, et je ne lui vois pas de défaut. Pardonnez-moi de ne pas vous avoir écrit plus tôt ; l'été n 'est pas de tout repos pour les maîtresses de maison, et j 'achève tout juste votre livre.

Cet ouvrage est une introduction parfaite à la connaissance de Zundel. Preuve en est qu 'on le referme avec la ferme intention de lire les livres de Zundel lui-même.

L'alternance d'éléments biographiques et de citations est très équilibré, le tout pédagogique et limpide.

Ce qui me frappe dans cette pensée, c 'est d'abord sa radicalité et son audace : cette intuition fondamentale que la représentation théologique ancestrale écarte de l'essentiel, qui est la dépossession de soi pour faire place à l'Autre, et la corresponsabilité de Dieu et de l'homme dans l'avènement, jamais acquis, de l'amour.

Remarquable encore, la justesse de l'expression de Zundel : une pensée affûtée dans une langue simple et frappante ; la conjugaison de la rigueur intellectuelle et de la grâce inspirée.

Tout ceci pour aboutir à une méthode spirituelle intelligible à tous, et à un art de vivre en Dieu, clé de la joie.

Que de thèmes abordés, depuis les Ecritures, jusqu 'au Christ, de la pauvreté au mal, de la liturgie à la musique... Que de profondeur ! Quelle inspiration puissante et constante !

Soyez certain qu 'à votre tour vous avez fait là une œuvre fondamentale. Je vais faire lire votre livre et l'offrir.

Croyez à ma reconnaissance et à mon respectueux souvenir.

X (écrivain connu)

Cette reconnaissance, ainsi que celles de nombreuses autres lettres très admiratives, s'adressent naturellement aussi à France Marie Chauvelot qui m'a été une aide très précieuse pour la rédaction de la biographie. Les Presses de la Renaissance, fortes d'un grand succès d'édition nous ont alors demandé de continuer en présentant un choix de textes de Zundel pour illustrer sa pensée.. C'est donc l'objet de ce livre et de cette introduction. France Marie très encouragée par sa première réussite s'est alors proposée pour le choix et la présentation des textes. Je lui ai fait naturellement confiance en me réservant simplement l'introduction. Mgr Dupleix, secrétaire général adjoint de la Conférence des Evêques , très ami de Zundel, comme de Teilhard, en a fait la préface.. Quant à la biographie, rapidement et « malheureusement » épuisée, elle sera prochainement rééditée en livre de poche.

Je me trouve maintenant devant les mêmes difficultés rencontrées chaque fois que j'ai dû préfacer les nombreux livres et anthologies de Zundel édités après sa mort. Dans son testament publié à la fin de la biographie, il n'envisageait très humblement, ni ne souhaitait à l'évidence aucune survie littéraire, si ce n'est à partir d'une dizaine de ses livres encore en vente, dont les droits d'auteur iraient aux carmélites du Caire. Mais sans doute aussi par crainte d'une déformation et de F accaparement d'une pensée liée essentiellement à sa présence vivante, désormais absente. Il ne pensait certainement pas à une utilisation ultérieure de notes et d'enregistrements faits toujours très discrètement. Ceux-ci devaient rester strictement privés.et à son insu. Pour les enregistrements, c'est vraiment ce qu'il a dit, même s'ils datent, et je n'ai pas éprouvé trop de scrupules à m'en servir pour publier de très belles homélies et retraites toujours actuelles et même prophétiques.

Ajouter un Commentaire

Les commentaires sont modérés avant publication. Les contributions doivent porter sur le sujet traité, respecter les lois et règlements en vigueurs, et permettre un échange constructif et courtois. A cause des robots qui inondent de commentaires publicitaires, nous devons imposer la saisie d'un code de sécurité.

Code de sécurité
Rafraîchir