Suite 6 de la 4ème conférence donnée à Sainte Marie de la paix en mars 1961.

Reprise : « Nous sommes donc ici à l'extrême opposé de toute magie, de toute facilité, de toute sainteté déposées dans les choses comme dans un objet extérieur à nous-même.

Mais non ! Tous les sacrements ont une dimension humaine, tous les sacrements, tous résumés d'ailleurs dans l'Eucharistie qui en est le centre et le foyer, tous les sacrements supposent cette prise en charge de toute l'humanité, de toute l'histoire et de tout l'univers.

Il est donc possible aujourd'hui, il est possible aujourd'hui de vivre ce jeudi saint à l'échelle du monde tel que la science actuelle le conçoit, tel que la science de demain le fera, parce que justement l'appel du Christ est universel, parce que "sa différence est de n'en avoir point", parce que justement nous ne serons chrétiens qu'en refusant de rien exclure pour tout accueillir, sachant que notre communion n'est rien si elle n'est pas la communion humaine où tous les hommes participent et où, à travers nous, chacun se nourrit de la lumière, de la joie et de l'amour, de ce don suprême qu'est l'Eucharistie, infini, de ce don de l'humanité du Christ toujours présente au-dedans de nous, mais qui ne peut rayonner en nous que dans la mesure de cette ouverture universelle.

C'est en sachant tout cela et en le vivant que nous accom­plirons le Testament de Jésus Christ, le nouveau et éternel Testament qui remet chaque matin et à chaque heure du jour entre nos mains le destin de l'univers, le sens de l'histoire, le présent de l'humanité et l'avenir de Dieu,

C'est tout cela qui nous est donné, c'est tout cela qui nous est proposé, c'est tout cela qui nous est demandé pour cette convocation qui retentit à travers toute l'histoire où Dieu nous appelle à Sa Table, qui est la table du genre humain.

Nous voulons donc garder de ce Jeudi Saint, avec la grâce de Jésus et dans le rayonnement silencieux de Sa Présence réelle, nous voulons garder ce sentiment du caractère sacré de la vie, du caractère sacré de notre vie, de notre travail, de notre pensée, de nos impulsions, de notre corps, de toutes les fibres de notre chair, pour que notre vie toute entière soit une liturgie, une communion, une création toujours nouvelle, un sacrement vivant de cette Présence adorable qui veut justement transfigurer notre vie pour faire resplendir à travers elle le Visage de la divinité.

Oh ! cet adorable mystère de la Transfiguration ! Oui, c'est cela tout l'Evangile, toute la morale, toute la mystique, toute la sainteté : que la vie revête toute sa beauté, toute sa dignité, toute sa grandeur, toute sa puissance créatrice et que chacun de nous, en devenant fils de l'homme au sens plein, en assumant comme Jésus tous les hommes, que chacun de nous en assumant ainsi tous les hommes, en devenant avec Jésus fils de l'homme, apparaisse du même coup authentiquement comme fils de Dieu. « (à suivre)

Ajouter un Commentaire

Les commentaires sont modérés avant publication. Les contributions doivent porter sur le sujet traité, respecter les lois et règlements en vigueurs, et permettre un échange constructif et courtois. A cause des robots qui inondent de commentaires publicitaires, nous devons imposer la saisie d'un code de sécurité.

Code de sécurité
Rafraîchir