Pour le 14 janvier. Note, difficile, à reprendre ?, à propos encore de la paternité et de la maternité de Joseph et de Marie.

Avant l'écoute de la dernière conférence donnée à Timadeuc, je n'avais guère de « dévotion » à Joseph, je m'aperçois maintenant de son importance comme modèle de la vraie paternité, celle du don le plus parfait possible de soi. Joseph est celui qui d'abord et comme époux de Marie s'est entièrement dévoué au « soin » de Jésus-Christ dans la fragilité de sa petite enfance et de toute son existence terrestre, et l'on peut dire aussi dévoué à Jésus-Christ parmi les hommes jusqu'à la fin des siècles.

On ose donc dire avec Zundel que Joseph est le père de Jésus, et plus encore qu'il est le modèle de tous les pères sur la terre puisqu'il est « plus père que tous les pères ». Il s'agit de la paternité selon le modèle, infiniment mystérieux mais plein de sens, de la paternité du Père des cieux, Père par excellence de Jésus-Christ, et en un sens unique Père de Jésus-Christ, Père, en la sainte Trinité, du Fils bien-aimé en lequel il met éternellement toutes ses complaisances, Père qui n'est que sa relation de désappropriation totale à ce Fils Bien-aimé : Il n'est que Père !

La paternité selon la chair, la paternité biologique, n'est qu'un dérivé de cette paternité du Père, seule paternité absolument authentique de laquelle doit s'«instruire» toute autre paternité.

Il se passe donc ici un peu ce qui se passe quant à la maternité de Marie, elle-même dérivée de cette paternité, - aussi bien que maternité, aimera dire Zundel,- du Père de Jésus-Christ.

On n'ose pas dire, on ne le peut pas, que Joseph est le père de Dieu, mais de Marie l'Eglise nous apprendra à dire qu'elle est la mère de Dieu. Sa maternité de Jésus-Christ, non selon la chair puisque c'est l'Esprit de Dieu qui l'en rend féconde, sa maternité de Dieu, et de tous les hommes, est une maternité selon l'Esprit, une maternité éminemment Spirituelle, et de ce fait combien plus réelle, aussi bien de Dieu que de tous les hommes. La paternité de Joseph est elle-même bien évidemment éminemment Spirituelle.

Ce qu'il faut développer aussi ici, et qui est aussi important, c'est que Joseph est l'époux de Marie et Marie l'épouse de Joseph, là aussi quant à la réalité la plus profonde, la plus essentielle, de l'union nuptiale, quant à la réalité de l'union nuptiale avec le Seigneur à laquelle est appelé dans l'Eglise tout homme : il n'y a finalement pas d'autre voie pour être sauvé et vivre de la vie éternelle puisque la vie éternelle est toujours orientation vers cette union nuptiale et son accomplissement, éternellement en voie d'être accomplie en même temps que déjà accomplie, union nuptiale non seulement avec le Seigneur en la Trinité sainte, mais union nuptiale, toujours en la Trinité, avec l'humanité entière et chacun de ses membres.

Joseph est le modèle de cette union dans son union avec Marie. Elle se concrétise, elle se réalise, elle se vérifie, en et par le don entier de lui-même, et justement cette scène où Joseph envisage de répudier Marie et ensuite où il reçoit son annonciation, la façon même dont il vit ces « choses », est la manifestation même de ce don parfait de lui-même.

Ils sont si parfaitement époux que finalement il est impossible de prier Marie sans prier en même temps Joseph, tellement ils sont unis, de l'union même qui éternellement rend un le Père, le Fils, et l'Esprit.

Et non seulement Joseph nous offre le modèle de toute paternité authentique mais encore celui de l'union dans le mariage la plus authentique, en lequel l'union des corps n'est plus qu'un dérivé, nécessaire pour le développement de l'espèce. Le célibat consacré prend ici tout son sens parce qu'il fait vivre dès ici-bas la paternité et la maternité authentiques. Il n'est plus renonciation à avoir des enfants puisqu'il fait des consacrés et consacrées les pères et mères de tous les enfants du monde.

Et ce n'est certes pas enlever quoi que ce soit à la paternité de Joseph ou à la maternité de Marie que de dire que tout homme est appelé à la même maternité et à la même paternité ! Au paradis les perspectives sont tellement différentes, il faut commencer à les faire nôtres. Joseph serait-il le sacrement de la paternité divine ?

Sois heureuse, Marie ! mère de Dieu et des hommes ! Sois heureux, Joseph, père de Jésus, et des hommes ! le Seigneur est avec toi, Marie ! Le Seigneur est avec toi, Joseph ! vous êtes bénis entre tous, et Jésus votre enfant est béni !

Sainte Marie, mère de Dieu, saint Joseph, père de Jésus, apprenez-nous dès ici-bas la véritable paternité et la véritable maternité de notre Dieu que nous vivrons éternellement en paradis ! priez pour nous, pécheurs, ici maintenant et pour les siècles des siècles Amen.

Ajouter un Commentaire

Les commentaires sont modérés avant publication. Les contributions doivent porter sur le sujet traité, respecter les lois et règlements en vigueurs, et permettre un échange constructif et courtois. A cause des robots qui inondent de commentaires publicitaires, nous devons imposer la saisie d'un code de sécurité.

Code de sécurité
Rafraîchir