Comment je peux exprimer ma foi chrétienne. A reprendre.

Il n'y a pas, pour l'homme, d'autre moyen et possibilité de vivre Dieu que de devenir dans notre intériorité le sanctuaire où le Père engendre, porte et fait naître le Fils et d'où le Père et le Fils laissent, nécessairement, jaillir l'Esprit, en même temps que cet Esprit opère éternellement cet éternel engendrement réciproque.

Dieu est tellement Amour, et de si parfaite façon, qu'Il veut donner à l'homme Sa propre vie, il veut lui donner de vivre de la propre vie de Dieu, et donc d'être ce sanctuaire où éternellement s'accomplit ce qui fait éternellement que Dieu est Ce Dieu Trinité et il n'y en a pas d'autre. Et cela implique que l'homme doit apprendre à vivre la façon dont en Dieu est vécu Sa vie éternelle qu'Il veut communiquer à l'homme.

Nous n'avons pas d'autre façon d'être créé et sauvé à l'image et selon la ressemblance de ce Dieu Trinité.

Cela implique un don de soi continuel, à l'image et selon la ressemblance du Père qui nous donne le Fils, de Ce Père qui a tant aimé le monde des hommes qu'il lui a donné le Fils unique. Un don sans réserve allant jusqu'à l'inimaginable, la livraison de Ce Fils à la mort sur la Croix. On ne peut pas imaginer modèle de don plus parfait. Il n'y a pas d'autre façon de vivre humainement que de donner et se donner, dont le modèle parfait nous est donné en cette façon du passage au Père de Jésus-Christ fait homme.

La Création, l'Univers entier sans limites possibles ni dans le temps ni dans l'espace, est d'abord perçue par l'homme comme extérieure à lui, mais à Dieu elle est intérieure, et elle veut et peut devenir intérieure à l'homme. A sa façon elle manifeste et révèle la transcendance d'un Dieu infiniment au-delà ou plutôt au-dedans de tout ce qui peut être imaginé par l'homme.

Dieu est un pur dedans. Ce qui équivaut exactement à dire : Dieu est esprit, ce que dira Jésus Lui-même à la femme de Samarie, en ajoutant « et ceux qui l'adorent doivent l'adorer en esprit et en vérité. »

Dieu est pure intériorité, pure intériorité par rapport à l'homme, et celui-ci ne peut être en Dieu, ne peut avoir de relations avec Dieu qu'en intériorité, ce qui équivaut à dire que Dieu, le seul Dieu existant, le Dieu Père, Fils et Esprit est intérieur à l'homme et qu'il n'y a pas de Dieu extérieur à l'homme. Un Dieu extérieur à l'homme n'existe pas. (Et l'on reste douloureusement stupéfié quand on entend nos frères musulmans affirmer et presque crier : Allah achbar ! cela incluant évidemment un dieu parfaitement extérieur à l'homme, et donc n'ayant jamais existé.)

Dieu est incarnable, cela veut dire qu'Il peut habiter de façon parfaite en l'homme, sans pour autant en faire un Dieu. En réalité il n'y a qu'en un seul homme, Jésus-Christ, Dieu fait homme en lequel Dieu ait réussi à s'incarner de façon parfaite. Ce qui ne veut pas dire que cette créature va nécessairement devenir Dieu mais que Dieu l'habite, en son intériorité, de façon parfaite.

Et ce qui arrive à cette parfaite incarnation de Dieu en un homme, c'est que cet homme va mourir ignominieusement pour ressusciter en suprême noblesse, reconnaissable seulement en et par l'homme qui a commencé à imiter la façon de Son passage du Père, et donc déjà à ressusciter.

Et cette résurrection toute emplie de la plus souveraine noblesse ne va pas être un point final, Ce Corps ressuscité va monter aux cieux et être assis à la droite du Père, ce qui signifie en égalité parfaite avec Lui. Jésus-Christ dans son humanité même va être alors parfaitement divinisé, et c'est cette parfaite divinisation qui va rejaillir sur Lui, par anticipation, par rétroactivation, durant toutes les étapes de sa vie terrestre, à tel point qu'on pourra dire, dès sa création en Marie, qu'Il est Dieu, tout en préférant dire, avec M. Zundel, que « Dieu est Lui ».

Mais il ne faut pas encore s'arrêter là : cette divinisation de l'humanité du Seigneur n'est pas pour lui, n'est pas pour elle, elle est pour le salut et le bonheur de l'humanité entière, elle n'a d'autre raison de Son advènement au cœur de notre histoire que ce salut et bonheur de l'homme, et cela est tellement vrai que tout homme, à l'image et selon la ressemblance de cette humanité ainsi divinisée, va devoir lui-même n'être sauvé et pleinement heureux non pas pour lui-même mais, lui aussi, pour l'humanité entière, selon ce qui se passe en l'humanité maintenant parfaitement divinisée du Seigneur, l'homme lui-même, lui aussi, vous, moi, va n'être divinisé en et par l'Humanité du Seigneur que pour le salut et le bonheur de l'humanité entière, et non pas pour lui comme en un terme final. Ou bien, si l'on veut, l'homme, vous, moi, ne sommes divinisés que dans notre relation vitale essentielle à l'humanité entière dont chacun est un membre dans le Corps mystique du Christ, l'Eglise. A la fois, l'homme ainsi racheté est Ce Corps tout entier, du seul fait qu'il en est un membre, et en même temps il n'en est qu'un membre. (à suivre ?)

Ajouter un Commentaire

Les commentaires sont modérés avant publication. Les contributions doivent porter sur le sujet traité, respecter les lois et règlements en vigueurs, et permettre un échange constructif et courtois. A cause des robots qui inondent de commentaires publicitaires, nous devons imposer la saisie d'un code de sécurité.

Code de sécurité
Rafraîchir