A cent mètres du presbytère de Saint Gatien séjourne, ces jours-ci du moins, il y a sa demeure principale, une des plus grandes sommités reconnue mondialement pour ses recherches dans le domaine de l'infiniment petit. Il ne vient pas à l'Eglise. Sa mère pourtant était fervente chrétienne, mais, lui, semble s'en être éloigné définitivement : pourquoi ? je n'en sais rien. Je pense que peut-être pour lui l'affaire est classée définitivement, parce qu'en son esprit particulièrement développé, finalement « ça ne tient pas » !

Deux ambitions maintenant sur le site, celle d'une présentation de la foi chrétienne, et particulièrement du mystère de l'Eucharistie, de sorte que les plus grands savants puissent s'y sentir tout à fait à l'aise ! La seconde, c'est qu'aussi l'homme de la rue, celui par exemple qui séjournait encore l'an passé, avec ses deux chiens, sur le parvis de l'Eglise Sainte Catherine mais qui a été prié d'en déguerpir, puisse y avoir sa place, et y être à l'aise. Magnifique utopie ?

Le mystère de l'Eucharistie est-il capable, hautement, de satisfaire complètement, entièrement, les uns et les autres, et chacun de nous qui vraisemblablement se situe entre les deux, n'étant ni un grand savant ni un homme de la rue ? C'est à une présentation, satisfaisante pour tous, aucunement simplifiante, qu'on voudrait tendre ici. En reprenant l'enseignement de Zundel.

On appréciera l'importance aujourd'hui de la Messe « qui prend son temps », qui prendra tout son temps en incluant une présentation du mystère de l'Eucharistie toujours à la fois nouvelle et ancienne, et accessible à tous. Il faut savoir qu'elle a été inaugurée à Rome par le cardinal Martini, ancien jésuite lui-même, et que c'est de là qu'elle est venue à l'Eglise saint Ignace de la rue de Sèvres où elle est célébrée chaque dimanche soir à 19 heure, il semble qu'elle attire de plus en plus de participants.

Une des « choses » capitales quant au mystère de l'Eucharistie, c'est son inséparabilité du mystère de l'Eglise. C'est l'Eglise qui fait l'Eucharistie et c'est l'Eucharistie qui fait l'Eglise. Cela est tellement vrai qu'aucune Eucharistie ne peut être célébrée validement en dehors de l'Eglise, même par un prêtre validement ordonné.

Une autre chose, c'est que normalement aucune Messe ne devrait être célébrée sans un enseignement sur le mystère de l'Eucharistie, justement parce que rien n'est « évident » dans ce mystère et qu'on peut très facilement s'y tromper, et qu'en fait peut-être beaucoup s'y trompent complètement. Il est donc nécessaire, lorsqu'on prend part au sacrifice de la Messe, d'y prendre son temps, celui de la prière autant que celui de la réflexion, et que celui de l'affirmation de notre foi qui nous dit combien, et pourquoi, est grand ce mystère, et combien sont donc importants sa juste intelligence et son juste vécu.

Il est possible que demain la célébration de messes dites privées soit remise en question, sans nécessairement qu'on les supprime, en même temps d'ailleurs que l'épineuse question des honoraires de Messe. Parce que ces pratiques peuvent, dans l'esprit des chrétiens, contredire le sens profond de l'Eucharistie, et constituer comme un démenti de ce qu'est le mystère de l'Eucharistie.

Non seulement c'est l'Eglise qui fait l'Eucharistie, mais c'est même sa fonction, sa raison d'être, essentielle à tel point qu'on peut aller jusqu'à dire que le Christ fonde l'Eglise pour la célébration de l'Eucharistie, parce qu'elle est le moyen par excellence de l'unification de l'humanité entière.

Au début de cette catéchèse sur le mystère de l'Eucharistie, il faut arrêter notre attention sur le sens des paroles de la consécration. Quand le prêtre consacre le pain, il ne dit pas : ceci est mon corps réellement présent sur cet autel, mais bien « ceci est mon corps livré pour vous ». La « livraison » est plus que le simple don, elle signifie la perfection du don jusqu'au bout. A tel point que l'on devrait dire que l'Eucharistie est le sacrement du don parfait, du don de sa vie même, de Jésus-Christ aux hommes. Et cela a de nombreuses conséquences, capitales, pour nous.

(à suivre)

Ajouter un Commentaire

Les commentaires sont modérés avant publication. Les contributions doivent porter sur le sujet traité, respecter les lois et règlements en vigueurs, et permettre un échange constructif et courtois. A cause des robots qui inondent de commentaires publicitaires, nous devons imposer la saisie d'un code de sécurité.

Code de sécurité
Rafraîchir