Suite 3 de la 5ème conférence donnée au Cénacle de Paris le 23 janvier 1966.

Reprise du texte : « s'il y a une morale sexuelle, elle ne peut pas consister dans un effort pour satisfaire au maximum l'échange de l'union charnelle en excluant la fécondité par tous les moyens que l'on croit trouver légitimes ; le problème est mal posé, le vrai problème est de savoir si, dans l'homme, le sexe doit s'humaniser, si, dans l'homme, le sexe est appelé à se personnaliser, si, dans l'homme, le sexe doit s'affirmer dans ce nouvel univers qui n'est pas encore, mais que chacun de nous est appelé à créer. »

Suite du texte : « Si l'on reste dans le vieil univers de l'espèce au psychisme informé par une chimie organique, si l'on reste dans cet élan aveu­gle dont l'origine est inconnue et dont l'issue ne dépend pas de nous, nul doute que l'on n'arrivera jamais à trouver cet infini qui était contenu, on le croyait tout du moins, dans les rêves du départ.

Si l'on veut arriver à un infini, il faut le devenir, et l'amour justement offre une chance unique de dépassement et d'oecuménisme à partir d'une vision parfaitement nette de ses responsabilités créatrices. Il est certain, selon mon expérience, j'entends celles innombrables que j'ai puisées dans la vie des autres, dans leurs souffrances, dans leurs malheurs, dans leurs séparations, dans leurs divorces, dans leurs déconvenues, dans leurs espoirs déçus, il est certain qu'un homme et une femme ne se trouveront dans un do­maine de personnes et d'éternité que dans la mesure où ils auront triomphé du vertige sexuel, dans la mesure où ils auront compris qu'ils sont consacrés à une création divine, dans la mesure où, dans leur corps ils auront respec­té cette troisième personne qui est un enfant possible, dans la mesure où ils auront été père et mère justement en vue de cette troisième personne et non dans l'aveuglement de l'instinct.

Ce jeune couple qui se marie, qui prend soudain la décision de se marier, je m'étonne ! Mais pourquoi sont-ils si pressés, pourquoi cette ré­solution brusquée, pourquoi ? Ils n'étaient pas sûrs, il semblait qu'ils hé­sitassent encore, qu'ils n'avaient pas encore atteint le degré d'une maturi­té où une décision pouvait engager toute la vie, c'est qu'un enfant déjà est en route ! Un enfant est en route malgré eux, bien sûr, malgré eux et comme, quand même,, ils ne veulent pas s'en débarrasser, comme ils ne veulent pas le tuer, ils acceptent l'inévitable, ils se marient en hâte pour légitimer cet enfant et leur vie est toute engagé dans ce porte-à-faux où, justement, la génération n'a pas été l'oeuvre de leur liberté et de leur consécration, mais simplement un entraînement instinctif qui a entraîné des décisions qui auraient dû se prendre dans une plus haute maturité mais qu'il a fallu prendre en hâte, en raison d'un événement imprévu que l'on doit subir.

Cela arrive d'innombra­bles fois, je n'ai pas besoin de vous le dire et il y a bien peu de fiancés aujourd'hui qui arrivent vierges au mariage. Il y en a bien peu ! Ils ont la plupart fait des expériences, ils sont dans le courant de la morale actuelle dont je ne veux pas dire de mal parce qu'il est tout naturel que l'on vive se­lon l'instinct si l'on n'est pas entré dans ce monde nouveau qui est ce monde encore inexistant et que chacun de nous doit créer s'il veut se faire homme.

Il est impossible de se contenter de demi-mesures. On ne peut pas vivre sous des contraintes sociales. On ne peut pas se contenter de ce monde abstrait lorsqu'on porte en soi un instinct qu'on n'a pas compris, lorsqu'on n'a pas été jusqu'au fond, lorsqu'on n'a pas vu le visage d'un enfant dans le spermatozoïde et dans l'ovule, lorsqu'on n'a pas réalisé un amour trinitaire, lorsqu'on n'a pas compris que la proximité absolue est dans la distance infinie ! Il est alors impossible, radicalement impossible, de se tenir debout et de ne pas succomber à cet attrait psychique si fort, si puissant, si total, qui irradie dans toutes les fibres de l'être.

Dieu me garde de blâmer qui que ce soit, je ne m'étonne de rien, je sais que le sexe peut se développer dans toutes les directions et donner lieu à toutes les folies ! Il n'y a pas d'aberration dont il ne soit capable et je ne m'étonne pas qu'il apparaisse comme une force irrésistible. C'est une force irrésistible, en effet, tant qu'on demeure sur le terrain de la nature préfabriquée : on ne peut être chaste, dans le sens d'une conquête et d'une liberté infinies, que lorsqu'on s'est fait homme, lorsqu'on a fait de tout son être une offrande, lorsqu'on est entré dans ce dialogue de la personne avec la personne, lorsqu'on refuse justement ces facilités si trompeuses de l'instinct qui met l'infini à portée de la main et qui, en réalité, vous en frustre parce qu'ici c'est la nature ou la chimie qui a fait tous les frais. » (à suivre)

Ajouter un Commentaire

Les commentaires sont modérés avant publication. Les contributions doivent porter sur le sujet traité, respecter les lois et règlements en vigueurs, et permettre un échange constructif et courtois. A cause des robots qui inondent de commentaires publicitaires, nous devons imposer la saisie d'un code de sécurité.

Code de sécurité
Rafraîchir