Désappropriation de Dieu

Extrait de la 8ème conférence de Maurice Zundel en l'abbaye de Timadeuc. « L'incarnation : manifestation de la pauvreté divine. »

« L'immense importance de la désappropriation divine. »

Jésus-Christ n'a rien en propre ! Sa conscience d'homme est conscience d'être d'un Autre et de ne pouvoir témoigner que de cet Autre parce que l'Humanité de Jésus-Christ, quoi qu'Elle fasse, quoi qu'Elle dise, quoi qu'Elle éprouve, quoi qu'Elle sente, quoi qu'Elle souffre, témoigne toujours d'un Autre, témoigne de Dieu : elle est toujours une révélation de Dieu en Personne parce qu'Elle a Son Centre de gravité dans cette désappropriation infinie qui est la subsistance même du Verbe (du Fils) de Dieu, lequel n'a pas d'autre MOI que le MOI divin.

18/01/2006 janvier 2006

Maurice Zundel au Cénacle de Paris en 1973. Extrait. L'élan même qui constitue la personnalité du Fils. Il faut aller jusqu'au cœur de la Pauvreté pour entendre le mystère de Jésus. Le mystère de Jésus dans son insertion la plus profonde au cœur de notre expérience spirituelle.

17/01/2006 janvier 2006

Maurice Zundel au Cénacle de Paris en 1973. La pauvreté, qui est la subsistance éternelle du Verbe dans l'intimité de Dieu, assume l'Humanité du Christ. Tout cela résonne spirituellement en nous dans la mesure où nous sommes désappropriés de nous-mêmes ! La pauvreté est désappropriation de soi.